ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE

CONVOQUÉE EXTRAORDINAIREMENT

le

14 février 2009

à

AUBERVILLIERS (93)

siège de la S.C.C.

COMPTE RENDU DES DÉBATS

ORDRE DU JOUR

page 2

PROGRAMME DU “CERCLE”

Pages 3 à 5

PROGRAMME DU CLUB

Pages 6 à 7

P.V. de Me BOROTA Huissier de Justice

et 2 lettres annexées

Pages 8 à 17

COMPTE RENDU DE l’A.G.

Pages 18 à 29

DECISIONS VOTÉES PAR L’A. G.

Pages 30 à 31

PIECES ANNEXES

“ LA RACE DU GRIFFON KORTHALS”

par M. A. Gallet Lachaise

Pages 1 à 7

ATTESTATION DU TRESORIER

Page 8

CLUB FRANCAIS DU GRIFFON D’ARRÊT À POIL DUR KORTHALS

ORDRE DU JOUR RECTIFIÉ*

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE

RÉUNIE EXTRAORDINAIREMENT

Le samedi 14 février 2009 à 13h dans les locaux de la S.C.C.

à AUBERVILLIERS (93)

A la demande de 11 membres du Comité

et

par plus du 1/4 des membres du club

1. Une Assemblée Générale, pourquoi ? (Comité)

2. Situation au sein du Club. (Comité)

3. La race du Griffon KORTHALS : bref historique du métissage (Comité)

4. Dénonciation des agissements d’éleveurs qui continuent à polluer et à

détruire la race du Griffon KORTHALS par le métissage (membres du Club).

Quelles sanctions le Comité doit-il envisager à leur encontre ?

5.1 Quelles mesures prendre pour orienter l’élevage, soigner les dégâts et éradiquer le mal ? :

- Présentation de la motion du cercle provisoire pour le défence et

l’utilisation du griffon authentique sous le nom de programme thérapeutique.

5.2 Procédure pour préserver et améliorer la race du griffon KORTHALS

- Présentation du programme des 11 membres du comité du club du

Griffon KORTHALS.

6. Décisions. Vote des propositions et des amendements proposée soumis à

l’aval de l’assemblée générale.

7. Questions diverses.

le 4 février 2009

* Suite à un courrier de MM. J. LECLERCQ, P. LAUTIER et J. CARPENTIER en date du 19/01/2009

Projet de Programme pour l’an 2009 au CFGAPK proposé par :

Présenté par Pierre Lautier, Jimmy Leclercq, M.Lafffont, Hubert Lasvergnas,Pascal Baumann, Pierre

Berges, Jacques Carpentier, Gildas Le Roux, René Esparbès.

(Il s’agit pour le moment d’une proposition de projets qui pourront évidemment être amendés après communication

à l’ensemble de nos sociétaires.)

Ce regroupement de Griffonniers a décidé de soutenir la motion présentée par l’équipe intitulée:

«Cercle Provisoire pour la défense et l’utilisation du Griffon authentique»

Sa devise : «Ne rien détruire et reconstruire»

Il est bien précisé, en exergue, qu’il n’est pas question de se priver de la frange de l’élevage touchée

par le métissage, en raison du fait que beaucoup d’amateurs ont été abusés, ignorants ce problème. Ils se

retrouvent aujourd’hui avec des sujets porteurs de stigmates ou de gènes métis, alors qu’ils n’y sont pour rien.

Notre élevage doit composer avec.

Ces chiens ne devraient être vraiment pénalisés que s’ils sont porteurs de plusieurs défauts imputables au

métissage, ou hors type ou avec des allures étrangères à la race, dans les épreuves de travail.

Pour le reste vous trouverez ci dessous une liste de propositions qu’il vous appartiendra d’approuver ou non.

-1) LE «QUATRE OEILLÉ»

- Le chien qui n’a que ce défaut et qui est excellent par ailleurs est au Très Bon. (règle déjà établie).

- Le chien qui est «quatre oeillé» et qui, en plus, a un seul autre défaut signalant un métissage possible

(poil défectueux ou visiblement raccourci – lignes de crâne non parallèles – corps levretté – robe mouchetée

– oeil en amande – pied de lièvre etc..chien manifestement trop toiletté pour être honnête, irait au qualificatif « Bon»

Le chien qui est «quatre oeillé»e et qui, de plus, aurait deux autres défauts ou plus, signalant un métissage

possible (poil défectueux ou visiblement raccourci – lignes de crâne non parallèles – corps levretté – robe

mouchetée – oeil en amande – pied de lièvre etc..chien manifestement trop toiletté pour être honnête) irait à

«l’insuffisant.»

Possibilité de lever la sanction du T.B.pour des sujets tricolores qui auraient par exemple trois générations

complètes de chiens identifiés génétiquement (A.D.N° avec contrôle complet de filiation (DNA) plus DYS A ce

qui certifierait l’absence de metissage.

Création d’uns sous-commission, à l’intérieur de la commission d’élevage, destinée à répondre aux sollicitations

des éleveurs pour les conseiller et les orienter dans le choix de géniteurs en fonction des origines de leurs

reproducteurs.

-2) LES «BLANCS» autre manifestation du métissage.

Les chiots «Blancs» sont généralement éliminés, mais les frères et soeurs sont vendus sans le moindre complexe

alors qu’ils ont toute chance d’être porteurs des gènes de métissage qui ressortiront selon les mariages.

Les amateurs doivent être informés et il importe de signaler ces anomalies pour pouvoir les contourner.

-3) PRIX du Meilleur POIL.

-Un beau poil ne fait pas un beau chien et surtout pas un chien «pur». Monter en épingle un seul chien sur

un seul critère est abhérent. (Une hirondelle n’a jamais fait le printemps).

Ce challenge doit être abandonné.

Par contre, il faut faire comparer les différents poils dans une manifestation .

-4) TESTS A.D.N.

- Insister sur le test ADN au niveau 1, siirefus de la SCC demander à titre expérimental pour 2 ans.

- Sur proposition du Club, la Commission d’Elevage de la S.C.C. a validé le 7 juillet 2008 l’obligation de ce

test pour obtenir la cotation 2 premier choix. (ce n’est plus un 1er Choix du fait que l’on autorise la dysplasie «B»

- Prélèvement tests ADN uniquement au cours des manifestations canines, sous contrôle du vétérinaire de service

(voir tests à partir de touffes de poils). Envoi au laboratoire d’analyse, par le propriétaire du chien avec

attestation du juge du Club.

- Pour la certification des portées, obligation de faire le test ADN sur les géniteurs, pas sur les chiots.

- Pour l’homologation des champions de travail et de standard, test obligatoire. (déjà entériné).

- Pour les signataires de la Charte : Pour les 2 géniteurs - Dys «A» ou «B» - TAN + ADN + accord à chaque

chiot pour DNA/Comp ou DNA*.

- Interdire de publication dans le bulletin:les photos ou commentaires de griffon non testé ADN ni

Radiographié.

- Utiliser une partie des fonds du Club, (importants) pour les contrôles ADN, essayer

- de taîter un contrat de prix avec un seul laboratoire.

- 5) La DYSPLASIE COXO-FÉMORALE

- les lecteurs d’appel ne posent pas de problème en l’état actuel des choses, si d’aventure, il y a eu quelques

soucis, ils ont été résolus rapidement et sans que vous soyez au courant. Les vrais problèmes au demeurant

fort peu nombreux que nous avons rencontré mais d’importance eu égard à la tare en question sont eux, non

pas des problèmes d’interprétation plus ou moins sévère mais bel et bien de fraude: “un chien est radiographié

par son vétérinaire habituel (celui-ci n’habitant pas forcément dans la Drôme) la radio est interprétée

par notre lecteur officiel comme étant d’un chien dysplasique; le propriétaire du chien crie, à juste raison, au

scandale auprés de l’éleveur qui lui rétorque que son véto est un âne, qu’il ne sait pas faire les radios mais

qu’il va s’occuper de tout, de refaire la radio par son propre véto, Ce dernier est effectivement un as de la

radio car quasiment toutes celles qu’il a pratiqué sont interprétées “A” et exceptionnellement “B” , ou peutêtre

l’éleveur est magicien ?????? .” Le triste de cette histoire qui s’est répétée à plusieurs reprises, c’est que

les vétérinaires mis en cause, traités de nuls, s’en moquent complètement ou sinon se retranchent derrière le

secret professionnel.

- Quelle éthique pourrait prétendre à cette appellation si elle soutient les individus marrons Et les propriétaires

des chiens en question qui sont forcément complices ne veulent pas “porter préjudice à l’éleveur” c’est

ce qu’ils répondent en refusant ce qui leur avait déjà été proposé, à savoir une nouvelle radio en ENV., aux

frais du Club.

- Le Professeur LIGNEREUX fait des marques sur les radios qu’il voit mais pour un fraudeur, il est facile

d’en faire autant de façon à faire croire que c’est la même radio qui est envoyée en lecture d’appel.

Quand on veut tricher, tout est possible. Et le lecteur d’appel, malgré des demandes réitérées ne nous envoient

pas le double des radios et de son certificat comme il le faisait il y a quelques années.

Proposition de rétention par le Pr LIGNEREUX ou le Club des radios de chiens dysplasiques Si le propriétaire

veut faire appel, le club se chargerait d’envoyer la radio au lecteur d’appel aux frais du propriétaire.

En cas de problème de 2ème lecture, il ne faut pas oublier que soit il s’agit d’une tentative de fraude, soit le

chien n’a pas été anesthésié comme il se doit , soit le chien n’a de toutes façons pas des hanches parfaites.

D’autre part, les valeur des angles de lecture devraient être indiquée avec chaque sigle de lecture.

Il n’est pas question d’accepter de faire refaire des radios pour les lectures d’appel, c’est la porte

ouverte à toutes les tricheries et ça ne correspond pas au règlement.

-6) PROPOSITION POUR LA CREATION D’UNE CLASSE « à TITRE INITIAL» à l’occasion de la

NATIONALE d’ELEVAGE.

Réservée aux sujets apparemment dans la race mais sans pedigree.

Ces sujets ne pourront prétendre aux prix, mais auront une indication sur le qualificatif auquel ils

auraient pu prétendre s’ils avaient eu un pedigree.

Les sujets remarquables pourront être confirmés à titre initial après qu’ils aient passé le T.A.N + Radio +

ADN.

- 7) CRITERES DE JUGEMENTS

- Les commissions ad’hoc prépareront un petit opuscule destiné aux juges rappelant les consignes pour le

respect de notre standard de conformité au standard et notre standard de travail.

- En exposition de beauté, les juges devront respecter scrupuleusement les consignes du Club au sujet des

qualificatifs, sous peine de sanction.

- En concours de travail, les chiens qui n’auront pas une allure inhérente à la race, seront déclassés. Cela

ne veut pas dire qu’un griffon ne doit pas courir vite, ni s’étendre loin sur les côtés . ( KORTHALS disait que

la limite de l’étendue de la quête, est la distance dans laquelle le chien reste sous le contrôle du conducteur).

- Mais sont à vérifier le port de tête, le galop légèrement basculé etc..

- DOIVENT être vérifiés en toute manifestation canine (beauté ou travail) même les TAN, les identifications

par tatouage et par puce.

- Organiser beaucoup de TAN même avec peu de chiens pour provoquer, réunion, discussion, enseignement,

échange.

- Pousser les Régionales d’Elevage, assorties de T.A.N et d’épreuves d’initaiation aux F.T.

- Organiser un concours amateur à chaque spéciale ou interclubs en printemps et en automne.

-8) LE PRIX DU STYLE KORTHALS : est tout aussi abhérent que celui du meilleur poil, il ne peut pas

être représentatif (et à la limite il apporterait une valeur négative) car il ne concerne que quatre ou cinq sujets

lesquels sont par essence «conditionnés» par le travail, possiblement métissés, car obéissants à l’impérieuse

nécessité de gagner pour quelques uns. ... Par la domination suspecte de certains dresseurs sur les fields, pour

les autres ajoutées à la vision déformée de la majorité des juges depuis toujours.

-9) COMPTES RENDUS .

-Les comptes rendus des réunions de comité ou des assemblées du Club de vront être rigoureusement

conformes aux débats et publiés stricto-sensu dans le bulletin, sous peine de nullité, plus de C.R. travestis...

- 10) CREATION d’une COMMISSION des RELATIONS HUMAINES.

- Cette commission aura pour charge de prendre en compte les remarques et désiratas des adhérents, afin de

les faire remonter ensuite aux commissions adéquates, voire au Comité.

- Les sociétaires se sentent trop distants de leurs dirigeants et des juges et souhaiteraient pouvoir avoir des

rapports épistolaires avec eux.

_ Faire une plus grande place aux «Courriers des griffonniers» dans le bulletin

- Réhabiliter les congrés des délégués et leurs rôles, les re-responsabiliser et les associer et intégrer plus étroitement

aux décisions du comité. Leur proposer des réunions pluri-régionales par exemple.

- Solliciter des consultants recrutés parmi les membres de l’association, selon leurs connaissances et leurs

compétences.

- Accepter les doléances verbales des membres de l’association dans le cadre de chaque réunion de comité,

avec demande préalable écrite par les intéressés.

- Remise en route du journal des D.R.

La rédaction de ce journal qui était assurée par Jimmy LECLERCQ lui a été arbitrairement retirée, et le journal

est passé à la trappe. Proposition de le remettre en service.

- 11) “Suppression du secret concernant les tares (dysplasie, tares oculaires etc...)

et tous problèmes liés à l’élevage”

Sauf erreur ou omission

Pour la Défense et l’utilisation du GRIFFON KORTHALS AUTHENTIQUE.

Jacques Carpentier Rapporteur

PROGRAMME PROPOSE PAR LE CLUB FRANÇAIS DU GRIFFON

D’ARRET A POIL DUR KORTHALS

LORS DE L’ASSEMBLEE GENERALE REUNIE EXTRAORDINAIREMENT

Le SAMEDI 14 FEVRIER 2009 à 13 h dans les locaux de la Société Centrale Canine

STANDARD DE LA RACE

Juges, confirmateurs, membres du comité, Délégués doivent communiquer largement à toute occasion

pour expliquer, démontrer ce que doit être un griffon KORTHALS.

En exposition, application stricte des consignes déjà prises par le comité (Très Bon maximum, voire

moins pour tous sujets présentant des stigmates tricolores (« quatr’oeillé ») et qui de ce fait n’accèderaient plus

à la cotation 4/6 recommandé).

Sévérité dans l’attribution du qualificatif pour les sujets levrettés, de taille hors standard (dans la limite

de la tolérance –1 cm, +2 cm), au poil non conforme (trop court, trop long, trop mou), à la robe truitée, aux lignes

de tête non parallèles.

En exposition, les sujets hors type seront classés directement à l’insuffisant

Pour les prix et challenges du club, seuls les sujets ayant obtenu un Excellent en Nationale d’Élevage

pourront y accéder.

Pour les sélections dans les équipes nationales, le sujet devra avoir acquis un excellent en Nationale

d’Elevage

A terme, suivant l’évolution du stigmate « quatr’oeillé », la Commission Elevage pourra proposer des

mesures plus restrictives

TEST ADN (contrôle de filiation avec les géniteurs déclarés)

Sur proposition du Club, la Commission d’Elevage de la S.C.C. a validé le 7 juillet 2008 l’obligation de

ce test pour obtenir la cotation 2 premier choix.

Pour l’annonce de saillie certifiée obligation pour les 2 géniteurs d’avoir le test ADN.

L’acquéreur d’un chiot a toute possibilité de faire réaliser le test ADN avec contrôle de filiation

Les signataires de la charte de l’éleveur devront s’engager sur les tests ADN des géniteurs

Pour les challenges et prix, seuls les sujets testés ADN pourront y accéder (voire avec contrôle de filiation)

Pour l’homologation des champions de travail et de standard, le test est déjà rendu obligatoire sur proposition

du club par la commission d’élevage de la S.C.C. le 7 juillet 2008.

Un test ADN gratuit pour tout griffonnier qui aurait fait au moins 5 adhésions dans l’année

PRIX DU POIL DUR

Ce prix sera bientôt mis en place dans les Spéciales, Régionales et Nationales d’Élevage avec force de

publicité dans le bulletin pour les lauréats. Ceci a pour but d’accentuer l’effort des éleveurs sur ce point. Il récompensera

l’un des meilleurs chiens de l’exposition qui répond parfaitement au standard.

DYSPLASIE COXO-FEMORALE (reprise en partie de la proposition du cercle)

Après lecture des radios, le lecteur officiel du Club du Griffon KORTHALS conservera celles concernant

les chiens dont la dysplasie est au-delà du stade B et les adressera au Club du Griffon KORTHALS. Il peut

demander une seconde radio s’il juge que le chien a été mal positionné pour ne pas le désavantager.

METISSAGE

En cas de preuves irréfutables de métissage récent, la sanction sera l’exclusion du Club du Griffon KORTHALS

de l’éleveur dans le respect de l’article 8 des Statuts et l’article 8e du Règlement Intérieur pour éviter

tout arbitraire.

De plus, le Club du Griffon KORTHALS pourra proposer à la commission élevage de la Société Centrale Canine

le retrait de la licence d’élevage attribuée à l’éleveur pour la race du Griffon KORTHALS.

Certaines de ces mesures sont d’ores et déjà validées, les autres devront êtres discutées et ratifiées par

l’Assemblée Générale réunie extraordinairement pour être appliquées et publiées dans le bulletin.

Tous les juges de standard ont reçu toutes directives en matière de conformité au standard de notre race et recevront

à nouveau un mémoire de synthèse ainsi que tous les délégués, les organisateurs de manifestations du club

pour une très large diffusion auprès des Griffonniers membres ou non de notre association afin que personne

n’ignore ces dispositions dont certaines plus anciennes sont tombées dans l’oubli.

Les membres du Comité qui soutiennent ce programme :

Mme Marie-Aude BRISSAT ROCHEBEUF

M. Emmanuel BENARD

M. Robert BURATTO, Trésorier

M. Pierre CHARDON

M. Pierre DEBRET

M. André GALLET LACHAISE, Président

M. Dominique LEICKMAN, 2ème Vice-Président

M. Maurice LIAUTARD, 3ème Vice-Président

M. Pascal MASSELIN

M. Willy MEISSONNIER, Secrétaire Général

M. Gilles MILOT

Le 21 décembre 2008

---------------------------------------------

 

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU CLUB DU GRIFFON KORTHALS

CONVOQUÉE EXTRAORDINAIREMENT

le 14 février 2009 13h à Aubervilliers (93) siège de la S.C.C.

Compte rendu

Présents : MM. BAUMANN Pascal, BAUZOU Jacques, BELLOT Philippe, BENARD Emmanuel, BERGES Pierre, BLANQUIOT J.

Jacques, BOLEA Saint Paul, BOUCRY J. Louis, BOUVET Michel, Mme. BRISSAT ROCHEBEUF Marie Aude, CARPENTIER

Jacques, CASSOU Alain, Mme CEBULLI Enrica, CHARDON René, CHARDON Pierre,CHAUFFIER Alain,

Mme DANCLA Michele, CASTANET J. Pierre, DE STRENS Emile, DEBRET Pierre, Mme DEBRET Christine,

DEGRON Stéphane, Mme DUTAILLY Elodie, DUTAILLY Philippe, DUTOYA J.Jacques, DUVAL Frédéric, FAUCHEUX

Romain, Mme FAUSSURIER Henriette, FAUSSURIER Bernard, GALLAY Michel, Mme GALLET LACHAISE

Mauricette, GALLET LACHAISE André, GOUNDANI Anna, HARGUINDEGUY Gerard, HOCQUET Gerard, Mme

HOCQUET Edith, IHUELLOU Bruno, JOUET Gilles, JULLIEN Christophe, LAFONT Michel, LASVERGNAS Hubert,

LAUTIER J. Pierre, LECLERCQ Jimmy, LEGLAND Fred, Mme LEGLAND BIGOTTE Bernadette, LEHERICEY Yves,

LEICKMAN Dominique, Mme LEICKMAN Martine, LE ROUX Gildas, LOUPS François, Mme MARX Annick, MASSELIN

Pascal, MEISSONNIER Willy, Mme MEISSONNIER Estelle, MILOT Gilles, PAUTOU Bernard, PEYRAZEX

Christian, PINCEMIN Caroline, PIOULAT Fabrice, PRESSAC Loïc, RENARD Marius, Mme RENARD Louise, RIVIÈRE

Laurent, ROL Marcel, Mme RONDONI Annie, ROYNARD Philippe, SALLON J. Philippe, Mme SALLON Nicole, SEINERA

Michel, SOUMAILLE Alain, TONIN J. Pierre, TREUNET Raphaël, WARNIER Benoît, WILQUIN Henri, Mme

YUCULANO Hélène.

13h30, Avant d’ouvrir la séance, le Secrétaire Général informe l’assemblée que 75 personnes valablement admises à participer

à cette A.G. ont signé la liste d’émargement et demande à deux personnes de l’assemblée de bien vouloir contrôler

cette liste, MM. J.Pierre LAUTIER et Jimmy LECLERCQ feront ce contrôle et signeront cette liste au côté des secrétaires

ayant contrôlé les entrées.

Le Président André GALLET LACHAISE ouvre la séance en informant l’assemblée que 11 (onze) membres du Comité,

sur 18, ont souhaité la présence d’un Huissier de justice à cette A.G. Il donne donc la parole à Me Nicole BOROTA afin

qu’elle définisse sa mission si toutefois l’assemblée vote en faveur de sa présence.

Me BOROTA donne lecture d’un courrier que M. Jimmy LECLERCQ lui a adressé pour lui faire savoir que selon lui sa

présence n’était pas statutaire. Me BOROTA lui répond qu’il n’est pas question pour elle de se substituer au secrétaire de

séance de cette assemblée, mais simplement de dresser un procès verbal de constat, ni de s’imposer si, par vote, la majorité

des membres présents ne souhaite pas sa présence.

Le Pdt Gallet Lachaise propose donc de voter à main levée pour ou contre la présence de Me BOROTA à cette A.G.

sachant qu’en A.G. “ordinaire” les votes sont acquis à la majorité simple.

M. Hubert LASVERGNAS demande la parole pour dire que le vote doit être fait à bulletin secret si un seul membre de

l’assemblée le demande.

Le Président lui répond que cela est faux et qu’il revient à l’assemblée de se déterminer, à la majorité, sur ce point.

Le Président demande donc que l’on vote sur la question suivante :

Pour la présence d’un huissier de justice à cette A.G. : êtes-vous pour ou contre le vote à main levée.

Résultat du vote :

Pour le vote à main levée : 55 voix

Contre le vote à main levée : 20 voix

Le principe du vote à main levée étant adopté, l’assemblée doit maintenant se prononcer pour ou contre la présence de

l’huissier de justice.

Résultat du vote :

Pour la présence de l’huissier : 53 voix

Contre la présence de l’huissier : 22 voix

La présence de l’huissier de justice est adoptée à la majorité.

M. Jimmy LECLERCQ demande à Me BOROTA de noter qu’il maintient, au nom du groupe qu’il représente, sa position

sur l’illégalité de sa présence lors de cette assemblée puisqu’elle n’est pas assortie d’une ordonnance du Tribunal de Grande

Instance. Me BOROTA lui précise qu’une ordonnance du Tribunal de Grande Instance n’est pas nécessaire dans la mesure

où c’est l’assemblée qui, par son vote, détermine si oui ou non sa présence est acceptée.

Le Président reprend la parole pour préciser la légitimité de cette A.G., cette légitimité ayant été contestée par certains.

Concernant tout d’abord la légitimité de la convocation à cette A.G. : celle-ci a été postée le 12 janvier 2009 pour une A.G.

le 14 février 2009 le délai statutaire est donc parfaitement respecté. Quant à la mention figurant en bas de page de cette

convocation : “l’assemblée générale se compose des membres actifs, supporters et bienfaiteurs de l’association à jour de

cotisation pour l’exercice en cours et inscrits depuis plus de 6 mois au moins avant la date de l’Assemblée Générale “ c’est

le rappel de l’article 16 de nos statuts; elle est donc tout à fait légale.

Concernant l’ordre du jour pour la présente A.G., les représentants des signataires de la motion auraient dû présenter leur

ordre du jour lors de la réunion du Comité de LAVAUR (81) le 29/11/2008, veille de la Poule Korthals. Or cet O. du J. a été

adressé (posté) au Président le 28/11/2008 et n’a pas fait l’objet d’une présentation au comité par les représentants des signataires

de la motion. Le Président a pour sa part présenté un O. du J. au nom des 11 autres membres du Comité.

M. Jacques CARPENTIER prend la parole pour contester les dires du Président en disant qu’il lui a adressé, par E-mail,

en date du 08/11/2008 l’O. du J. du “Cercle” et il conteste également le fait qu’il y ait eu un O. du J. présenté par le Président

au nom des 11 autres membres du Comité lors de cette réunion du Comité.

Sur le premier point le Président répond à M. CARPENTIER que ce n’était pas à lui de présenter leur O. du J. qu’il n’avait

pas reçu officiellement et que le “Cercle” avait tout loisir de le présenter ce jour-là ce qu’il n’a pas fait. Anoter qu’un second

O du J. des signataires légèrement différent du premier avait été adressé le 22/12/2008 au Président.

Sur le second point, Monsieur CARPENTIER se trompe puisque M. Jimmy LECLERCQ a adressé un courrier au

Président en date du 19 janvier 2009 postérieur à cette réunion attestant cette présentation par les termes suivants : “l’ordre

du jour précis du 12 novembre 2008 des 11 membres du Comité, remis par vos soins en réunion du Comité…. sic.), lettre

dans laquelle il faisait des observations sur la présentation et le contenu de l’O. du J. joint à la convocation à l’A.G. ; observation

dont le Président a tenu compte pour établir un O. du J. rectifié.

M. Gildas LE ROUX, demande la parole pour dire qu’il est profondément déçu de la situation au sein du club qu’il apparente

: “à une République bananière”( sic) et il déplore cette scission 2/3-1/3 et s’il a pris position c’est parce qu’il “entend

parler depuis des années de métissage” (Sic) et qu’il est surpris qu’il n’y ait eu à ce jour aucune prise de position officielle

sur ce sujet.

Il se trouve ici, dit-il, un jeune griffonnier, M. Romain FAUCHEUX, qui a été abusé parce qu’il n’y a pas de communication

sur le sujet alors que pour le griffonnier de base il n’y a qu’une chose qui fait loi : c’est le bulletin du Club, et si l’on

n’écrit pas haut et fort “Beachtung” (Attention) il y a du métissage dans notre race les jeunes griffonniers se trouvent abusés.

Il va vous raconter son histoire.

Le Président intervient pour dire, qu’il a apprécié son intervention mais qu’il y a un ordre du jour à respecter et qu’au

moment où le sujet du métissage viendra en discussion, ce griffonnier aura tout loisir de prendre la parole.

ORDRE DU JOUR : (annexé au compte rendu).

Point N° 1 : intervention de M. Gilles MILOT.

Une assemblée Générale ordinaire pourquoi ?

L’assemblée générale ordinaire est convoquée annuellement par le Président, il en est ainsi lors de chaque Nationale

d’Elevage.

Une assemblée générale ordinaire est convoquée extraordinairement à la demande soit du 1/4 des membres soit par les

membres du comité ; ce qui est le cas. A noter que les votes sont faits à la majorité simple.

A l’origine, la présente assemblée générale ordinaire réunie extraordinairement a été initiée par 7 membres du comité et

2 membres du club sous forme d’une motion accusant le Président et des membres du comité de « couvrir le métissage »

et proposant un ordre du jour pour une assemblée générale avec un bulletin réponse : “soutient la motion ou ne soutient pas

la motion”.

Le Président a été sollicité par Jacques CARPENTIER, par mail le 8 novembre 2008, pour organiser cette assemblée générale

ordinaire réunie extraordinairement sans qu’il lui fournisse les motions signées par le 1/4 des membres. La demande

officielle par lettre recommandée avec AR lui a été adressée le 28 novembre 2008 à 17 h 50 toujours sans justificatif au

moment où le Président était à la réunion de comité à LAVAUR. Le recueil des 362 motions sur 1 259 membres lui a été

adressé, sur sa demande, le 30 décembre 2008. En effet, il ne suffit pas de dire et d’écrire que plus d’1/4 des membres adhérents

du club ont demandé de façon extraordinaire la réunion d’une AG , encore faillait-il pour les initiateurs en apporter le

preuve formelle, ce qui n’avait pas été le cas avant le 30/12/2008. Par respect envers tous les membres signataires et afin de

respecter les délais, le Président a donc été dans l’obligation de solliciter le recueil de l’ensemble de ces demandes notamment

aux fins de vérification, alors qu’il n’avait pas légalement à le faire et qu’il aurait pu, faute de justification spontanée,

convoquer l’AG uniquement à la demande des membres du comité l’ayant autorisé à le faire.

Le contenu de la motion qui circulait a soulevé l’indignation du reste du comité qui a souhaité aussi demander une A.G.

réunie extraordinairement pour se justifier, la première demande d’un des 11 membres du comité remontant au 17 octobre

2008.

A noter que les propositions de programme sur lesquelles vous allez devoir vous prononcer ont déjà été sérieusement étudiées

au sein du comité et continueront à l’être. Les orientations de fond étant identiques, cela aurait éviter ces luttes fratricides

qui ont abouti à dénigrer la race du griffon KORTHALS à l’instar de l’article paru sur la revue « Plaisir de la Chasse

» ainsi que sur les « papiers du cercle ». La pauvreté actuelle de la Bourse Aux Chiots et des demandes pourraient bien en

être les effets, voire les aggraver.

Il convient de rappeler ( une petite piqûre de rappel ne pouvant pas faire de mal) que les membres de votre comité, dont

je suis, et dont certains ont été qualifiés tout dernièrement et bien maladroitement de fantoches, ont été très régulièrement

et démocratiquement élus à l’occasion des élections prévues statutairement par le club. Les postes et responsabilités au sein

de ce comité ont été attribués tout aussi régulièrement et démocratiquement.

Les différents points soumis au comité ont toujours été débattus avec conscience et probité, chacun pouvant avec respect

s’exprimer et faire valoir ses opinions et ses positions très librement. Toutes les décisions prises par le comité l’ont été et

continueront à l’être à la majorité et elles vous sont toujours fidèlement transmises après approbation, par le biais des bulletins.

Tout ceci constitue les bonnes règles de fonctionnement de toutes associations et toutes les tentatives de transgression

de ces règles risquent de nous entraîner vers une politique de république bananière qui fort heureusement n’est pas de

mise dans notre pays.

Le Club a plus à perdre qu’à gagner de cette situation où le Griffon KORTHALS mettra certainement quelques années

pour retrouver sa place dans le milieu de la cynophilie et auprès des chasseurs.

Point N° 2 : intervention de Mme Marie Aude BRISSAT ROCHEBEUF.

Situation au sein du Club.

Votre comité est divisé, des accusations diffamatoires infondées circulent dans une motion, des informations mensongères

sont publiées sur « un papier » qui ne respecte pas les règles du journalisme et les adhérents s’interrogent……. Quant au

griffon KORTHALS, il est l’objet d’une publicité malsaine où il a plus à perdre qu’à gagner.

Comment en est-on arrivé là ?

La rupture :

Sous-jacente au sein du comité s’est produite lors de l’A.G. de CUSSAC le 12 juillet 2008.

La cause :

Lors de la présentation, à la demande du Président, de l’enquête lancée sur les chiots blancs et les quatr’oeillés (tricolores)

non seulement l’objectif fixé par le Comité du 18 février 2007 (page 4 du document bas de page) n’a pas été respecté mais

les accusations portées sur un élevage n’ont pas été instruites conformément à l’article 8 des statuts.

Cette situation a motivé la décision de 11 membres du comité de se désolidariser sur la forme de l’annonce faite et seulement

sur la FORME et non pas sur le fond.

Monsieur CARPENTIER avec 6 membres du comité et 2 membres du Club ont habilement exploité cette situation pour

lancer sous le couvert du métissage une motion mettant en cause des membres du comité qui seraient favorables au métissage

en encourageant et couvrant des éleveurs peu scrupuleux.

Tous les membres du comité sans exception sont contre le métissage et conscients de la tâche qui leur incombe pour préserver

la race du Griffon KORTHALS et pour laquelle dans un échange de mail du 16 avril 2007, J. CARPENTIER définissait

ainsi la méthode à mettre en oeuvre après le comité de GIROUSSENS de décembre 2006, méthode qu’aucun membre

du comité n’a remise en cause.

« …De plus pour essayer de remettre de l’ordre sans trop faire « de vagues », il a été décidé de ne s’en prendre nommément

à personne, mais simplement d’édicter des mesures destinées à décourager les adeptes du métissage.

De plus, on a convenu de le faire graduellement et avec tact.

Les courriers étrangers assortis de photos que nous avons reçus, sans compter ce qu’on peut apercevoir aujourd’hui sur

les rings d’exposition nous responsabilisent totalement et notre devoir est de réagir même si cela en contrarie certains.

Je pense sincèrement qu’il faut voir les choses de façon positive et qu’il ne sert à rien d’entretenir des conflits qui ne

peuvent que faire mal à notre association. Vous avez des remarques à faire, personne ne vous empêchera de les faire, ni

ne les jettera à la corbeille, à une condition qu’elles soient faites dans le respect de la courtoisie et avec fair-play. »

Pierre DEBRET allait dans ce sens (pages 2 et 3) et J. CARPENTIER concluait le 19 avril 2007 :

« Suite aux réflexions que vient de vous livrer Pierre DEBRET, concernant les chiens tricolores, après en avoir discuté

avec Pierre LAUTIER et en accord avec lui, je pense aussi qu’effectivement Pierre DEBRET a raison et que nous devons

revenir sur nos dernières décisions. Ce qui ne devrait pas poser de problème parce que sauf erreur de ma part le compte

rendu n’a pas dû être approuvé.

Parlant de la non confirmation des quatr’oeillés, J. CARPENTIER écrivait :

De plus, ça ne nous permettra pas d’éradiquer la tare, surtout comme le fait aussi remarquer Pierre LAUTIER que pour

certains sujets elle est très légère, à peine perceptible et chez d’autres qui sont porteurs invisibles elle n’est pas décelable.

Une action aussi brutale, nous entraînerait par ailleurs à démolir plusieurs chiens de tête de la classe travail et cela

menacerait la race ; mieux vaut y aller en douceur.

La proposition de faire la promotion du poil dur et des bonnes pigmentations suggérée par Pierre DEBRET est intéressante

parce qu’elle focalisera les amateurs sur le problème.

Le compte-rendu de Bourges du 18 février 2007 relu à QUINCAMPOIX le 14 juillet 2007 confirmait ces orientations et

lançait l’enquête sur les gènes de métissage pour décider de la confirmation ou non des « quatr’oeillés ».

Lorsque le programme proposé par les 11 membres du comité sera abordé, vous pourrez constater qu’il s’inscrit dans l’objectif

de préserver la race du G.K.

M. Jacques CARPENTIER prend la parole pour dire que le déclenchement de sa démarche, est, d’une part, une lettre que

M. Willy MEISSONNIER a adressée au Comité pour communication lors de sa réunion du 23/02/2008, réunion à laquelle

il ne pouvait être présent, et dans laquelle il écrivait notamment : “Aujourd’hui certains assurent avoir des preuves irréfutables

de “ magouillage de la part de deux ou trois élevages”(sic M. Jacques CARPENTIER), alors il faut aller au bout de

la démarche : publier ces preuves, dénoncer ces élevages et porter plainte auprès des autorités compétentes, êtes-vous prêts

à en prendre le risque et à en assumer les conséquences pour notre race”, et d’autre part, un courrier de Mme Henriette

FAUSSURIER qui se plaignait des agissements du Dr. Pierre LAUTIER, à son égard, lors de ses demandes de mise à jour

des cotations pour des chiens de son élevage et “ça ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase” et qui m’a engagé avec

l’avis de plusieurs collègues à initier notre motion.

M. MEISSONNIER répond à M. CARPENTIER en confirmant qu’il a bien écrit cela, qu’il maintenait ces propos et que

s’il y avait des preuves probantes et irréfutables il fallait les produire.

Point N° 3 :

Intervention du Dr. Pierre DEBRET.

La race du G.K. : bref historique du métissage.

Depuis 1969 l’on parle de “métissage” dans le griffon Korthals (voir document joint en annexe) le “métissage” étant un

apport de sang étranger à la race et donc l’on ne travaille plus en race pure.

L’on peut observer plusieurs manifestations de ce phénomène

1° Les chiots “ Blanc”.

Dans ce que l’on appelle chiots “blanc” il faut distinguer deux choses :

D’une part les vrais “métisses” tel que celui présenté en page de couverture de votre dernière publication (du Cercle) qui

serait un “croisement” de Korthals et de setter comme vous semblez l’indiquer et à mon avis un “croisement” Korthals avec

un Dalmatien aurait pu donner le même résultat et je pense qu’à partir de ce moment là ces sujets n’ont rien à faire dans la

race puisque ce sont de “purs métisses”.

D’autre part ces griffons que les éleveurs, du moins ceux qui élèvent de façon intensive, ont pu voir naître dans leur lignée,

ce sont ces chiens au poil délavé (blanc sale) presque jaune quand le chien vieilli, mais avec une pigmentation normale ou

presque normale au niveau de la truffe, de l’oeil et des ongles et je pense que lorsque l’on parle de chien “blanc” dans notre

race c’est de ceux-là dont il faut parler.

Ace moment de l’exposé du Dr DEBRET intervient un débat technique et scientifique entre le Dr (vétérinaire) Jean Pierre

LAUTIER (fils du Dr Pierre LAUTIER), MM. Yves LEHERICEY, Gilles JOUET, tous deux éleveurs, M. Jimmy

LECLERCQ, chacun d’eux ayant eu dans leur élevage la naissance de chiots “blanc” d’aspects différents, truffe claire ou

truffe colorée, blanc à panachure envahissante, uniformément délavé….etc.

M. Loïc PRESSAC (dresseur, éleveur professionnel) prend la parole pour dire que lorsqu’il a débuté son élevage, vers

1980, il a eu dans ses portées de Griffons Korthals des “blanc et orange” des “blanc et marron” et qu’ils sont très vite décelables

car principalement sous le ventre, la peau est rose.

M. Gérard HARGUINDEGUY (éleveur amateur depuis 1979) intervient pour dire que l’on trouve dans les archives, entre

autres, un Griffon Korthals (Zillo-Hemhof) chien blanc avec la tête marron que M. Charles PRUDHOMMEAUX (fondateur

du Club Français du Griffon Korthals en 1901), acheta en 1902 pour :” le retirer de la circulation et l’empêcher de servir

à la reproduction”(sic) bien que ce chien soit parfaitement typé Griffon korthals.

Toujours issu des archives, l’on retrouve une chienne de morphologie pointer (croupe avalée) et que l’on retrouve dans

nos origines (très lointaines). D’autres chiens “blanc”, entièrement blanc, figurent dans les archives de cette époque. Le

Professeur COURREAU (généticien) dit lui que cela est la résultante d’un gène récessif qui détériore la couleur et non le

résultat d’un métissage.

Mme Henriette FAUSSURIER demande la parole pour faire part d’un témoignage de M. Camille BORRON (lettre de

2002) concernant la chienne Opale : «… j’ai eu dernièrement dans une portée de neuf chiots, une femelle intégralement

blanche avec quelques marques rousses sur la tête. Elle était la fille de Milord de Charmontay,( fils unique de Gadget de la

Cheminée de Dan et de Fleur de la Forêt Chassagne) et la mère est Meije des Grandes Origines (fille de Hudson des Rives

de l’Aure et de Hourrah de la Forte Menée). Après conversation téléphonique j’en ai fait cadeau au Dr Pierre LAUTIER

(à l’époque Secrétaire Général du Club) qui se disait intéressé par sa croissance et son devenir au point de vue génétique.

Il y a quelques temps, le Dr Pierre LAUTIER m’informait que cette chienne était Setter à 100 % ». Quelqu’un peut-il

aujourd’hui apporter la preuve de ce que le Dr Pierre LAUTIER avance ?

Le Dr Jean Pierre LAUTIER dit que cette chienne est d’un “blanc, fauve dilué”.

Mr Bernard FAUSSURIER précise que dans cette portée il y avait quatre “blanc” et deux “Blanc et orange”

Mme Henriette FAUSSURIER s’adressant au Dr Jean Pierre LAUTIER lui demande pourquoi le Dr Pierre LAUTIER

affirme que cette chienne est 100 % Setter, sachant que l’élevage des Grandes Origines n’est nullement impliqué dans cette

portée ?

Le Dr Jean Pierre LAUTIER dit qu’il ne peut répondre à la place de son Père.

Mme Enrica CEBULLI demande la parole pour apporter son témoignage disant qu’en 2005, lors du Championnat

d’Europe de Printemps qui avait lieu en France à Bonnières (62), son mari M. Ricardo CEBULLI s’était entretenu de ce

problème avec des responsables du Club pour attirer leur attention sur le cas de Ruth des Grandes Origines et des anomalies

constatées lors de sa reproduction avec deux chiennes différentes. Première saillie sur Papouille des Rives de l’Aure,

résultat, tous les chiots “blanc”.

M. Philippe BELLOT présent lors de la mise bas de la chienne Papouille des Rives de l’Aure appartenant à M. Mathieu

DENIS, rectifie les affirmations de Mme CEBULLI en précisant qu’il y avait 3 chiots : 1 mal formé, un typé Korthals (plusieurs

Excellents en exposition spéciale de race par des juges du Club) et un chiot “Blanc”.

Mme CEBULLI reprend pour dire que la deuxième saillie fut faite sur une chienne de leur élevage (sans plus de précision)

et que le résultat fut le suivant : 6 chiots, 3 typés Korthals, 2 typés Setter et un “blanc”. A la suite du résultat de ces

deux portées, son époux décida de faire stéréliser Ruth.

M. Hubert LASVERGNAS intervient pour dire que selon lui ce qui est le plus grave ce sont ces chiens qui naissent “hors

type” et quelquefois issus de géniteurs “illustres” puis il demande à Messieurs les Vétérinaires comment ils qualifient cette

couleur en présentant une photo et en s’excusant qu’elle soit en noir et blanc.

Le Dr Pierre DEBRET reprend son exposé en concluant sur le problème des chiens “blanc” qui selon les statistiques faites

auprès des éleveurs, sont très restreints. De plus selon lui, ces chiens étant la conséquence d’une mutation génétique il sera

extrêmement difficile d’éliminer totalement le phénomène dans le mesure où certains sujets sont porteurs du gène récessif

et bien sûr, cela ne se voit pas et le problème peut ressortir 2-4-6 générations plus tard.

L’on peut donc “éliminer” ces chiens par la non confirmation (sur le phénotype) mais “l’élimination” par le génotype est

pour le moment impossible, il ne faut donc pas trop se focaliser sur ce problème des chiens “blanc”.

En conclusion, les chiens “blanc” ne sont pas des “métisses” mais le résultat du mariage de deux sujets porteurs chacun

du même gène récessif.

2° Les chiens “Tricolore” dit “Quatr’oeillé”.

En 2006, le Comité avait proposé de ne plus confirmer les “Quatr’oeillé” à l’horizon 2009.

Or, il se trouve que, d’une part ces chiens sont quand même minoritaires dans notre cheptel et que d’autre part parmi eux

se trouvent des sujets de haut niveau en travail. Un exemple parmi tant d’autres, Uderzo de la Forêt du Braca à M. Olivier

GIRAUDEAU qui présentait, comme quelques autres, des marques de “tricolore”. A ce moment-là, ma réflexion fut la suivante

: “on enlève les tricolores” donc ceux qui expriment visiblement cette tare, or ces stigmates ne sont visibles qu’à partir

de 5 ou 6 semaines et moi à ce stade là je ne suis plus capable d’éliminer un chiot, on ne fait donc plus de sélection “à

la base”. C’est pourquoi il y a toujours eu des “tricolores”, les éleveurs les plus anciens pourront vous le confirmer, ils réap-

paraissent selon une courbe irrégulière, durant une période l’on en voit puis l’on en voit moins puis cela réapparait à nouveau

et c’est sans doute dans cette dernière phase que nous nous trouvons actuellement.

Mon analyse est la suivante : l’on met “hors-circuit” tous les tricolores “visibles” et on garde tous les autres. Mais il faut

savoir que parmi tous les autres il y a forcément des sujets “porteurs” et c’est seulement lorsque la recherche en génétique

sera capable de nous dire avec précision ; ce sujet-là est porteur celui-ci ne l’est pas, que nous pourrons faire une sélection.

Mais au jour d’aujourd’hui, je suis convaincu que si cela était possible, l’on découvrirait qu’une très grande proportion de

notre cheptel est porteuse du gène “tricolore”.

M. Jacques CARPENTIER intervient pour dire que selon lui, il y a actuellement une recrudescence de sujets “tricolore”

et que certaines lignées sont plus porteuses que d’autres, selon lui certaines lignées en étant exemptes.

Le Dr Pierre DEBRET répond qu’il n’est pas d’accord au moins sur le second point car à son avis personne ne peut affirmer

qu’une lignée est indemne de ce gène.

Il faut donc à son avis mettre en place une sélection à plus long terme en n’accordant plus l’excellent à ces chiens “tricolore”

en privilégiant la qualité du poil et par conséquent la couleur et forcément le nombre de chiens “tricolore” va diminuer,

c’est évident et si chaque Juge ou confirmateur applique ces règles dans quelques temps il ne devrait plus y avoir de

champions “tricolore”.

M. Jacques BAUZOU trouve lui que ces mesures ne sont pas assez radicales et quelques voix s’élèvent pour dire que l’on

aurait dû prendre des mesures depuis très longtemps.

M. Benoit WARNIER prend la parole pour dire qu’à son avis c’est le travail des juges de standard qui doivent récompenser

les chiens qui sont parfaitement dans le type Korthals, gris acier-marron et poil dur et sanctionner par leur jugement ceux

qui ne le sont pas et ainsi dans quelques années l’on devrait retrouver le vrai Griffon Korthals.

M. Romain FAUCHEUX intervient pour exposer son expérience personnelle, il a acquis un chien en se basant sur les références

des géniteurs publiées dans notre bulletin, c’est ainsi qu’il possède un Griffon Korthals , Arthus de Malocart (fils de

Ultra du Repère des Brigands x Max des Bords du Dan et petit fils de Nyguane des Grandes Origines x Siam des Grandes

Origines) et ce chien est “Quatr’oeillé” ce qui pour lui est une grande déception d’avoir un chien “métisse”.

M. Loïc PRESSAC intervient immédiatement pour dire qu’il faut arrêter d’associer le “Quatr’oeillé” (ou “tricolore”) avec

métissage et le Dr Pierre DEBRET confirme en redisant que ce gène est latent depuis toujours chez une bonne partie des

chiens de notre cheptel (on dit qu’il sont porteurs) et qu’il peut arriver à tout éleveur un jour ou l’autre en “mariant” deux

sujets “porteurs” d’avoir un, voire plusieurs chiots “tricolore”.

Quand on parle métissage, il faut parler bien sûr des chiens “Hors-type”, à poil très court et absence de sous poil (soupçons

de métissage Braque ou Pointer), à poil très long (soupçon de métissage de Setter), levretté avec poitrine carénée, des

lignes de tête divergentes ou convergentes. Ces chiens présentant ces défauts peuvent être qualifiés de “Hors-type” et donc

non confirmables.

M. Gérard HARGUINDEGUY demande la parole pour apporter son témoignage et lire le texte suivant :

Nous avons une belle race, plusieurs fois centenaire, le Griffon Korthals. Avant que M. KORTHALS fixe le type, le

Griffon existait déjà, mais aujourd’hui, notre famille Korthals n’existe plus.

Pourquoi elle n’existe plus ? Parce que plus aucun chien actuel ne peut remonter sa généalogie jusqu’aux sept

“Patriarches”, c’est fini. Par contre notre Griffon reste et à partir de là, des “familles” se sont créées, pures ou presque pures.

J’ai démarré mon origine en 1977. Je respecte le Griffonnier éleveur qui est venu avec moi me montrer ses chiens à l’entraînement

et à la chasse et j’ai pris une origine de chez lui. Dans ma première portée il est né deux beaux Griffons, un

“Griffon barbet”, trois Braques Allemands et un Pointer. J’ai alors fait venir un très vieil éleveur, M. ITEY que certains

d’entre vous ont connu, et il m’a dit : “Gérard, ne t’inquiète pas, cela arrivera d’autres fois, j’ai déjà vu cela à plusieurs

reprises dans ma carrière d’éleveur” (c’est-à-dire il y a plus de cinquante ans de cela).

J’ai gardé tous les Griffons et les poils ras jusqu’à sept mois, je les ai fait travailler, tous avaient le tempérament griffon,

même les poils ras, j’ai alors donné les poils ras et j’ai gardé les Griffons et le Barbet qui une fois trimé ressemblait à un

vrai Griffon seulement il était couleur “feuille morte”.

Quelques temps plus tard j’ai pris un Griffon d’une autre lignée, par l’intermédiaire d’un éleveur professionnel, et l’on a

fait une “alliance” avec une Griffonne à poil court, de là sont nés sept griffons dont un seul à poil un peu court (pas poil ras),

tous les autres étaient parfaitement Griffon. C’est à partir de là que j’ai fait mon élevage et je suis revenu sur le “premier

sang” que j’avais eu et à partir de là, je n’ai eu que de vrais Griffons or dans les deux lignées en question il y avait eu de la

“retrempe”. Et je crois pouvoir dire que parmi les Griffonniers présents ici tous ont des antécédents (certes lointains) ayant

subi de la “retrempe”.

J’ai ensuite fait (accidentellement) un “mariage” frère x soeur il y a eu cinq chiots tous parfaitement Korthals dont un que

j’ai gardé jusqu’à l’âge de 9 ans. J’ai fait également une portée avec un Champion de travail x sa fille qui des deux cotés

avaient de la “retrempe” et je n’ai eu que de vrais Griffons Korthals.

Tout cela pour dire qu’en matière de génétique, bien fort celui qui détient la vérité.

Je voudrais dire un mot concernant l’élevage de M. et Mme FAUSSURIER, (il a d’ailleurs écrit un article dans le bulletin

du club, où il écrivait notamment que le Griffon avait par le passé subi de la “retrempe” par du Setter, du Pointer, du

Braque Allemand et même de l’Epagneul Breton) alors, bien sûr je n’étais pas dans son chenil pour voir ce qu’il faisait, mais

de ce que j’ai pu constater, il a fait ce que sans doute peu d’éleveurs ont fait, il a repris toutes les grandes lignées de travail

d’il y a 30 ou 40 ans, qu’il avait sous la main, et il les a “mélangées” alors, selon moi, il a sans aucun doute accentué par la

consanguinité les phénomènes que l’on avait il y a 40 ans, c’est ce que je pense personnellement et je suis sûrement pas très

loin de la vérité.

Notre Griffon, le Griffon de base a toujours été, malheureusement, “amélioré”, comme cela. Maintenant avec les tests

A.D.N. cela ne devrait plus être possible et l’on se sortira de ces problèmes mais il faudra, à mon avis, une vingtaine d’années

pour que tout rentre dans l’ordre.

Un dernier point concernant le standard et les “points de non confirmation”, à mon avis les sujets à poil court avec absence

de sous poil, à poil laineux ou soyeux ne devraient plus être confirmés. A l’heure actuelle il est dit dans le standard que

ces sujets peuvent obtenir le qualificatif “Très Bon”.

Quelles décisions pensez-vous prendre concernant ces défauts ?

Le Président répond que ces points font partie des sujets abordés dans l’un des programme présentés et qu’une décision

devra être prise mais il précise que d’ores et déjà les sujets à poil ras sans garniture, sans sous poil ou à poil laineux ne doivent

pas être confirmés puisqu’ils sont “Hors-type”.

Le Dr. Pierre DEBRET insiste sur le fait que nous, (les juges de standard) avons en mains depuis longtemps tous les

“outils” nécessaires pour sanctionner les défauts par les qualificatifs que nous attribuons en exposition (T.B., Bon,

Insuffisant) et qu’à contrario, il faut montrer et expliquer les sujets représentatifs de la race.

M. Jacques CARPENTIER redit que bien sûr il n’est pas question “d’éliminer” les sujets “quatr’oeillé” car cela nous priverait

d’une partie de nos meilleurs sujets, qu’il faut faire avec, mais il faut arrêter la “pollution” par la sélection.

M. Hubert LASVERGNAS souhaite que dans la revue l’on mette en avant, par les photos des sujets faisant référence en

matière de standard et que d’autre part un ouvrage de référence soit réalisé, par la Commission d’Elevage, ouvrage qui serait

diffusé, entre autres, à tous les Juges et confirmateurs de notre race.

Le Président précise que la réalisation de ce document par la Commission d’Elevage, a été décidée en réunion du Comité

il y a plus d’un an et qu’à ce jour il n’a toujours pas été réalisé, qu’il a personnellement mis à jour un recueil de toutes les

décisions prises par le Comité en matière de standard, de jugement en exposition et de confirmation et qu’il l’a adressé, en

2007, à tous les juges de notre race.

M. Pascal MASSELIN prend la parole souhaitant que l’on définisse de façon claire quels sont précisément les signes qui

définissent le “Quatr’oeillé”. Il lui semble que les Vétérinaires ont clairement défini qu’il s’agissait de : pattes jaunes (chaussettes)

de poils jaunes voire blancs autour de l’anus (ce que l’on nomme “miroir” chez le chevreuil) de marques feux sur les

sourcils, dans les oreilles, définition également reprise dans les documents édités par le “Cercle”.

Or il lui semble que depuis quelques temps l’on a tendance à en rajouter et qu’il suffit qu’un Griffon ait les moustaches

claires ou une tache blonde sur le crâne pour qu’il soit qualifié de “Quatr’oeillé”, il pose donc la question au Dr Jean Pierre

LAUTIER : “ces marques telles que je viens de les définir, justifient-elles la qualification “Quatre’oeillé”.

Réponse du Dr. Jean Pierre LAUTIER :”Non, cela n’a rien à voir avec du “Quatr’oeillé”.

Point N° 4 :

DENONCIATION DES AGISSEMENTS D’ELEVEURS QUI CONTINUENT A POLLUER LA RACE…..

QUELLES SANCTIONS LE COMITE DOIT-IL ENVISAGER A LEUR ENCONTRE ?

Le Président donne lecture de la proposition faite dans le programme présenté par les onze Membres du Comité :

En cas de preuves irréfutables de métissage récent, la sanction sera l’exclusion du Club du Griffon KORTHALS de l’éleveur

dans le respect de l’article 8 des Statuts et l’article 8e du Règlement Intérieur pour éviter tout arbitraire.

De plus, le Club du Griffon KORTHALS pourra proposer à la commission élevage de la Société Centrale Canine le retrait

de la licence d’élevage attribuée à l’éleveur pour la race du Griffon KORTHALS.

A ce moment des débats, M. Gildas LE ROUX remet au Président GALLET LACHAISE, au non du “Cercle”, un document

sans en préciser la teneur et réalisé par Mme et M. le Dr Pierre LAUTIER qu’il n’a eu le temps que de le feuilleter, et

que ce document demande certainement une étude.

Le Président, s’adressant à M. Jacques CARPENTIER, demande si ce document est à diffuser aux membres du Comité,

celui-ci répond : Oui.

Le Président demande si l’on peut maintenant passer à la présentation des deux programmes, sachant que les propositions

de chacun des deux programmes pourront être discutées, et amendées par vote de l’A. G (à main levée et à la majorité

simple).

M. Jacques CARPENTIER prend la parole et donne lecture du programme du “cercle” (annexé à ce compte rendu).

Chaque proposition de ce programme est reprise point par point pour, discussions et éventuellement amendement.

PROGRAMME THERAPEUTIQUE PRESENTE PAR LES SIGNATAIRES POUR LA DEFENSE

ET L’UTILISATION DU GRIFFON AUTHENTIQUE

Point N° 1:

LE “QUATR’OEILLE”

Le Dr Pierre DEBRET souhaite intervenir sur le fait de pouvoir accorder l’Excellent, en exposition, à un chien

“Quatr’oeillé” s’il a plusieurs générations (3) testées A.D.N. disant que la règle c’est la règle et qu’un chien “Quatr’oeillé”

est au T.B quels que soient ses antécédents et qu’il ne faut pas commencer à faire des exceptions.

M. Jacques CARPENTIER argumente qu’après trois générations (testées A.D.N. et filiation) l’on peut penser que le problème

s’est dilué.

Le Dr Pierre DEBRET dit que si l’on veut améliorer le type il faut laisser ce chien au T.B.

Proposition d’amendement : le chien “Quatr’oeillé” reste au T.B. quelle que soit sa généalogie.

Pour : 69 voix Contre : 1 voix Abstentions : 5 voix

Amendement adopté à la majorité.

CREATION D’UNE SOUS-COMMISSION A LA COMMISSION D’ELEVAGE :

Des voix s’élèvent pour demander à quoi sert la Commission d’Elevage ?

Proposition d’amendement :

Pour ou contre une sous-commission d’Elevage

Pour : 17 voix Contre : 56 voix Abstentions : 2 voix

Amendement (contre) adopté à la majorité.

Point N° 2 :

LES “BLANC”

Le Dr. Pierre DEBRET indique que d’une part les “Blanc” issus de métissage ne sont pas confirmables et que ceux issus

d’une mutation génétique non plus.

M. Willy MEISONNIER ajoute qu’un confirmateur ne se posera pas la question de savoir à quelle catégorie appartient ce

“Blanc” mais le déclarera immédiatement “Hors type”

Proposition :

Pour ou contre la confirmation de sujets “Blancs”

Chiens “Blanc” non confirmables : à l’unanimité.

Point N° 3 :

PRIX DU “MEILLEUR POIL”

Le Dr. Pierre DEBRET, initiateur de ce prix soutient son point de vue en disant que l’on ne peut pas d’un coté dire qu’il

faut, lors de manifestations du club, montrer les sujets les plus représentatifs de la race sur tel ou tel aspect et être contre le

fait de mettre en valeur le meilleur poil, bien sûr parmi les meilleurs sujets en présence.

Après quelques interventions sur l’appellation de ce prix, l’on passe au vote sur la proposition suivante.

Pour ou contre le maintien de la promotion du meilleur poil.

Pour : 72 voix Contre : 3 voix

Maintien de ce prix adopté à la majorité sous réserve que le Comité définisse la qualité du poil.

Point N° 4 :

TEST A.D.N. :

Réalisé uniquement dans les manifestations du Club.

M. Fred LEGLAND prend la parole pour dire que cela est irréalisable d’un point de vue pratique et économique, faire

venir un vétérinaire lors d’un TAN ou d’une Régionale d’Elevage et lui demander, en plus du contrôle sanitaire, de faire des

prélèvements pour l’A.D.N., cela va coûter une fortune. C’est à son avis irréaliste.

Pour ou contre les prélèvements réalisés uniquement lors des manifestations du Club.

Pour : 18 voix Contre : 57 voix

Les prélèvements pourront donc être réalisés chez son propre vétérinaire et lors de manifestations du club lorsqu’un vétérinaire

sera présent comme cela est presque toujours le cas lors de nos N.E. ou de la Poule Korthals.

Point N° 5 :

DYSPLASIE COXO-FEMORALE

Après discussions et échanges de points de vue entre différents intervenants concernant :

1° Pour la première lecture le Club devra redemander au Professeur LIGNEREUX d’être encore plus sévère quant à la

qualité des clichés qui lui sont adressés et ne faire l’interprétation que si la radio est techniquement parfaite, dans le cas

contraire, le propriétaire devra faire refaire un nouveau cliché.

M. Christophe JULLIEN apporte son témoignage en expliquant que sur trois radios différentes réalisées sur la même

chienne, il a obtenu trois interprétations différentes. Ce qui démontre bien que la qualité technique de la prise du cliché est

primordiale.

2° Concernant la lecture d’appel, le Dr. Pierre DEBRET a proposé, afin d’éviter tout litige quant à la prise de la radio et

à son interprétation, que celle-ci soit réalisée et interprétée dans le cadre d’une Ecole Vétérinaire.

1° amendement :

Le Pr LIGNEREUX retourne, sans l’interpréter, la radio s’il la juge techniquement défectueuse et demande un autre cliché.

Pour à l’unanimité.

Vote pour ou contre le point 5 en l’état :

Pour : 20 voix Contre : 55 voix

Amendement sur la réalisation de la radio et de la lecture d’appel en Ecole Vétérinaire :

Pour : 62 voix Contre 13 voix

Point N° 6 :

CREATION D’UNE CLASSE “TITRE INITIAL” EN NATIONALE D’ELEVAGE.

La majorité des avis exprimés sont contre cette idée, c’est “Faire entrer le loup dans la bergerie”.

Vote sur cette proposition : Pour : 11 Contre : 64

Point N° 7 :

CRITERES DE JUGEMENT :

M. Pierre CHARDON intervient sur le point : “organiser beaucoup de T.A.N. même avec peu de chiens …”

Ce n’est pas la tendance actuelle, puisque l’on organise une journée de T.A.N. lors de la N.E et cela a plutôt tendance à

réduire le nombre de T.A.N. et le nombre de participants dans les T.A.N. régionaux.

Le Président confirme cette remarque et propose que ce point soit étudié par le Comité.

M. Fred LEGLAND intervient pour donner son avis sur le dernier paragraphe de ce point 7 à savoir : “organiser des

concours amateurs lors de chaque spéciale ou Interclubs…” : en tant qu’organisateur de concours sur Gibier Naturel il affirme

que cela est impossible lors de ce genre d’épreuve, les territoires étant par trop restreints et le gibier quelquefois juste

nécessaire à la réalisation des concours (migration aléatoire pour les bécasses ou les bécassines, reproduction pour les gibiers

de montagne)

M. Jacques CARPENTIER propose donc d’ajouter à ce paragraphe la mention : “dans la mesure du possible”

Vote sur ce point ainsi amendé : Pour à l’unanimité.

Point N° 8 :

PRIX DU STYLE KORTHALS (P.S.K.)

M. Dominique LEICKMAN prend la parole pour dire qu’ il n’est pas favorable à la suppression du “Prix du style

Korthals”, un règlement est en cours d’élaboration, il n’a pas encore été validé par le Comité, mais ce prix va dans le bon

sens en récompensant un sujet aux allures typiquement Korthals et ce qui le gêne fortement dans ce point c’est que vous (le

Cercle) associez : chien de travail avec “suspicion de métissage”.

M.Philippe ROYNARD demande comment se fait la sélection pour ce prix sachant que lui, par exemple, il a présenté 7

fois ce printemps et qu’il a été jugé par 7 juges différents dont un seul juge du Club.

M. Dominique LEICKMAN explique donc comment se ferait cette sélection, si le projet de nouveau règlement est adop-

té, il s’agirait de réunir sur une épreuve de fin de saison de Printemps, tous les chiens ayant obtenu un CACT ou RCACT

en concours de Printemps de la saison et attribuer ce prix dans un barrage jugé par plusieurs juges de la race.

M. Fabrice PIOULAT demande pourquoi exclusivement les chiens ayant obtenu ces récompenses en Printemps, un

Griffon ayant ces résultats en concours d’été, sur bécassine ou en montagne ne peut-il pas prétendre à ce prix ?

M. Willy MEISSONNIER répond en disant qu’effectivement le Comité peut décider d’élargir la sélection en l’ouvrant, selon les

mêmes critères, à tous les types de concours mais que, au final, le prix sera disputé dans les conditions des concours de Printemps.

Suite à ces débats, le “Cercle” décide de retirer le point « suppression du P.S.K. » de son programme.

Point N° 9 :

COMPTES RENDUS PUBLIES DANS LE BULLETIN.

M. Willy MEISSONNIER prend la parole pour dire qu’en tant que rédacteur de ces Comptes Rendus il n’accepte pas le

terme de “C.R. travestis” puisque ceux-ci, après rédaction, sont adressés à tous les membres du Comité, 15 jours avant la

réunion où ils doivent être approuvés, les Membres du Comité ayant donc tout loisir pour les étudier et les amender le jour

de la réunion (ce qui est pratiquement toujours le cas) avant publication dans notre revue. Tous les Comptes Rendus des

réunions du Comité que vous pouvez lire dans notre bulletin ont donc été amendés et approuvés à l’unanimité.

M. Jacques CARPENTIER répond en disant qu’il faisait allusion là au Compte Rendu de L’A.G. de CUSSAC rédigé par

le Dr Pierre DEBRET.

Point N° 10 :

CREATION D’UNE COMMISSION DES RELATIONS HUMAINES.

Proposition de la création d’une commission des relations humaines : non adoptée, sans vote.

Le Président prend la parole pour démentir ce qui est écrit au dernier paragraphe de ce point et qui concerne le journal des

D.R.: “Nous n’avons jamais retiré la rédaction du journal des D.R. à M. Jimmy LECLERCQ., Après les dernières élections

(Quincampoix 2007) et la constitution des commissions, il y a eu un vote pour savoir comment se répartiraient les tâches

et c’est M. Pierre BERGES qui s’est proposé pour assurer ce travail et il essaye de le faire du mieux qu’il peut, malheureusement

il manque souvent d’informations. Personne n’a donc rien retiré à personne, cela s’est passé en volontariat, avec

vote, lors de la répartition des tâches et je tenais à ce que cela soit précisé”.

Point N° 11 :

SUPPRESSION DU SECRET CONCERNANT LES TARES.

Vote sur ce point. Pour : 17 Contre : 58

PROGRAMME PRESENTE PAR LES 11 AUTRES MEMBRES DU COMITE.

Point N° 1 :

STANDARD DE LA RACE.

Amendement aux paragraphes 5 & 6 :

Pour les Prix et Challenges et les sélections en équipe Nationale (Field Trial), l’Excellent pourra être obtenu en Nationale

d’Elevage, Régionale d’Elevage et Spéciales de race.

Point adopté à l’unanimité.

Point N° 2 :

TEST A.D.N.

Après quelques éclaircissements sur des points de détails par le Dr. Pierre DEBRET qui précise que selon lui, ce test

deviendra totalement efficace lorsqu’il sera obligatoire pour la confirmation. “Nous avons été le premier Club à mettre en

place le T.A.N., il faut que nous soyons le premier Club à demander le test A.D.N. pour la confirmation”

Le Président précise que la demande de test A.D.N. pour la cotation “1” a été faite auprès de la Commission d’Elevage

de la S.C.C. et voici la réponse qui nous a été faite :”Lors de notre réunion de la Commission scientifique du 25 novembre

2008, il a été décidé de ne pas changer la règle relative aux grilles de sélection et notamment les conditions d’obtention de

la cotation “1” pour laquelle l’on continue à ne demander rien d’autre que la confirmation”.

Il faut savoir que la S.C.C. envisage de mettre en place : “une habilitation à la reproduction” qui permettrait au Club

d’inclure les tests qu’il souhaite voir pris en compte. Tout ceci est en projet pour l’instant.

Après ces explications, L’assemblée vote, à l’unanimité, l’adoption de ce point.

Point N° 3 : PRIX DU “MEILLEUR POIL”.

Point N° 4 : DYSPLASIE COXO-FEMORALE.

Point N° 5 : METISSAGE.

Ces trois derniers points ont déjà été débattus et votés par l’assemblée lors de la présentation du programme du

“Cercle”

QUESTIONS DIVERSES :

Un membre de l’assemblée demande à quoi correspond la feuille (rouge) nommée “ATTESTATION” et concernant des

frais d’avocat et d’huissier.

Le président explique qu’il s’agit d’une mise au point, suite aux allégations publiées dans le “bulletin” du “Cercle” N°2

et publiées également sur le site Internet “Korthals Passion” disant que le Président avait fait payer, par le club, des frais

d’avocat pour un montant de 3000€ et ce pour le métissage.

“Bien sûr cela est faux puisque j’ai réglé personnellement mes frais d’avocat et d’huissier, M. Robert BURATTO notre

Trésorier en attestant”

La seule dépense à laquelle le club a eu à faire face correspond aux frais d’huissier présent lors de la réunion du Comité

de LAVAUR (81) le 28/11/2008, présence demandée et votée par une majorité des membres du Comité.

M. Romain FAUCHEUX (propriétaire de Arthus de Malocart) demande quel est l’avenir d’un chien (Quatr’oeillé) comme

Arthus.

Le Président dit que la réponse lui a été fournie par M. Jacques CARPENTIER disant qu’il pouvait très bien faire reproduire

son chien à condition de faire derrière une sélection sévère, ce que confirme le Dr Pierre DEBRET en ajoutant qu’en

mettant son chien en Field Trial il s’était fait plaisir puisque ce chien a obtenu d’excellents résultats mais que derrière il ne

fallait pas qu’il s’attende à beaucoup de demande de saillies, comme il le lui avait laissé entendre lors de la N. d’E. à

Quincampoix (2007), un éleveur hésitant sans doute à faire entrer dans sa généalogie un chien “Quatr’oeillé”.

Le Dr Pierre DEBRET intervient en montrant la deuxième page d’une nouvelle édition du “Bréviaire” que M. Jimmy

LECLERCQ a édité et déposé à la boutique du Club lors de la Poule Korthals (retiré de la vente à la demande du Président

compte tenu des nombreuses erreurs qu’il contient et des photos qui y sont publiées), page sur laquelle figurent des photos

de chiens “Blanc” et “Quatr’Oeillé”, et dit : “En publiant cela ainsi l’on ne fait pas de publicité au Griffon Korthals, bien

sûr il faut faire des réunions comme aujourd’hui, bien sûr il faut épurer, bien sûr il faut travailler, mais il faut continuer à

faire la promotion de notre chien et il n’est pas question “d’agiter les drapeaux” en disant il ne faut plus prendre de Griffon

Korthals, en éditant cela et en le diffusant partout, l’on fait peur aux gens et l’on ne fait pas la promotion de notre race”

Mme Marie Aude BRISSAT ROCHEBEUF prend la parole pour excuser son père, le Docteur Claude ROCHEBEUF,

Président d’Honneur du club, empêché pour des raisons de santé, mais qui souhaite faire part de son analyse personnelle

faite au cours des très nombreuses expositions canines où il lui a été donné d’officier. En matière de Griffons Korthals

blancs, ou à pattes jaunes , il en a eu très peu à juger sur ses rings et la première fois où il a entendu parler du terme quatr’oeillé,

c’était il y a trente ans lors d’une conférence de Mme QUENNEC. En tant qu’anecdote, il évoque une femelle

Korthals qui lui avait été donnée et qui, bien que manquant de « caractère » Griffon Korthals, s’est avérée être redoutable à

la chasse et dotée d’une intelligence peu commune .

En conclusion il rappelle qu’il y a toujours eu des sujets porteurs de fausses couleurs ou de manque de type et que l’important

est de ne pas encourager et de ne pas faire reproduire de tels sujets.

L’ordre du jour étant épuisé et plus aucune question n’étant soulevée, la séance est levée à 17h30

Willy MEISSONNIER

Secrétaire Général

Communication du Président Claude ROCHEBEUF lue par sa fille Mme Marie Aude BRISSAT ROCHEBEUF

MESURES POUR ORIENTER L’ELEVAGE, PRESERVER ET AMELIORER

LA RACE DU GRIFFON KORTHALS

Assemblée Générale Ordinaire réunie extraordinairement

Le samedi 14 FEVRIER 2009 à 13 h dans les locaux de la Société Centrale Canine

DECISIONS

STANDARD DE LA RACE

Juges, confirmateurs, membres du comité, Délégués doivent communiquer largement à toute occasion

pour expliquer, démontrer ce que doit être un griffon KORTHALS.

En exposition, application stricte des consignes déjà prises par le comité (Très Bon maximum, voire moins

pour tous sujets présentant des stigmates tricolores (« quatr’oeillé ») et qui de ce fait n’accèderont plus à la cotation

4/6 recommandé).

Le chien qui n’a que le défaut du « quatr’oeillé » et qui est excellent par ailleurs est au Très Bon. (règle

déjà établie).

Le chien qui est «quatr’oeillé» et qui, en plus, a un seul autre défaut signalant un métissage possible (poil

défectueux ou visiblement raccourci – lignes de crâne non parallèles – corps levretté – robe mouchetée – oeil

en amande – pied de lièvre etc.. chien manifestement trop toiletté, ira au qualificatif « Bon»

Le chien qui est «quatr’oeillé»e et qui, de plus, aurait deux autres défauts ou plus, signalant un métissage

possible (poil défectueux ou visiblement raccourci – lignes de crâne non parallèles – corps levretté – robe mouchetée

– oeil en amande – pied de lièvre etc.. chien manifestement trop toiletté) ira à «l’insuffisant.»

Sévérité dans l’attribution du qualificatif pour les sujets levrettés, de taille hors standard (dans la limite

de la tolérance –1 cm, +2 cm), au poil non conforme (trop court, trop long, trop mou), à la robe truitée, aux lignes

de tête non parallèles.

En exposition, les sujets hors type seront classés directement à l’insuffisant

Pour les prix et challenges du club, seuls les sujets ayant obtenu un Excellent dans l’une des disciplines

suivantes : Nationale d’Élevage, Régionale d’Elevage, Spéciale de Race pourront y accéder.

Pour les sélections dans les équipes nationales, le sujet devra avoir acquis un excellent dans l’une des disciplines

suivantes : Nationale d’Elevage, Régionale d’Elevage, Spéciale de Race.

A terme, suivant l’évolution du stigmate « quatr’oeillé », la Commission Elevage pourra proposer des

mesures plus restrictives

Les BLANCS ne sont pas une manifestation de métissage. Ils sont non confirmables.

TEST ADN (contrôle de filiation avec les géniteurs déclarés)

Insister sur le test ADN au niveau 1, si refus de la SCC demander à titre expérimental pour 2 ans.

Sur proposition du Club, la Commission d’Elevage de la S.C.C. a validé le 7 juillet 2008 l’obligation de

ce test pour obtenir la cotation 2 premier choix.

Pour l’annonce de saillie certifiée obligation pour les 2 géniteurs d’avoir le test ADN.

Pour la certification des portées, obligation de faire le test ADN sur les géniteurs, pas sur les chiots.

L’acquéreur d’un chiot a toute possibilité de faire réaliser le test ADN avec contrôle de filiation

Les signataires de la charte de l’éleveur devront s’engager sur les tests ADN des géniteurs, dysplasie A ou

B, TAN + ADN avec accord pour chaque chiot pour ADN/Compatibilité

Pour les challenges et prix, seuls les sujets testés ADN pourront y accéder (voire avec contrôle de filiation)

Pour l’homologation des champions de travail et de standard, le test est déjà rendu obligatoire, sur proposition

du club, par la commission d’élevage de la S.C.C. le 7 juillet 2008.

Interdire de publication dans le bulletin les photos ou commentaires de griffon non testé ADN ni radiographié

Utiliser une partie des fonds du Club, pour les contrôles ADN, à titre d’essai

traiter un contrat de prix avec un seul laboratoire

Un test ADN gratuit pour tout griffonnier qui aura fait au moins 5 adhésions dans l’année

PRIX DU POIL DUR – PRIX DU MEILLEUR POIL

Ce prix, décerné lors des Nationales d’Elevage, est maintenu. Le Comité doit définir la qualité du poil. Il

sera instauré aussi dans les spéciales et Régionales d’Élevage avec force de publicité dans le bulletin pour les

lauréats. Ceci a pour but d’accentuer l’effort des éleveurs sur ce point. Il récompensera l’un des meilleurs chiens

de l’exposition qui répond parfaitement au standard.

DYSPLASIE COXO-FEMORALE

Le Proffesseur LIGNEREUX retourne, sans l’interpretter,, la radio s’il la juge techniquement déféctueuse

et demande un autre cliché.

En cas de nécessité d’une « radio d’appel », c’est une Ecole Nationale Vétérinaire qui réalisera la nouvelle

radio.

METISSAGE

En cas de preuves irréfutables de métissage récent, la sanction sera l’exclusion du Club du Griffon KORTHALS

de l’éleveur dans le respect de l’article 8 des Statuts et l’article 8e du Règlement Intérieur pour éviter

tout arbitraire.

De plus, le Club du Griffon KORTHALS pourra proposer à la commission élevage de la Société Centrale

Canine le retrait de la licence d’élevage attribuée à l’éleveur pour la race du Griffon KORTHALS.

CRITERES DE JUGEMENT

Tous les juges de standard ont reçu toutes directives en matière de conformité au standard de notre race et

recevront à nouveau un mémoire de synthèse ainsi que tous les délégués, les organisateurs de manifestations du

club pour une très large diffusion auprès des Griffonniers membres ou non de notre association afin que personne

n’ignore ces dispositions dont certaines plus anciennes sont tombées dans l’oubli.

Les commissions ad hoc prépareront un petit opuscule destiné aux juges rappelant les consignes pour le

respect de notre standard de conformité au standard et notre standard de travail

En exposition de beauté, les juges de la S.C.C. devront respecter scrupuleusement les consignes du Club

au sujet des qualificatifs, sous peine de sanction

En concours de travail, les chiens qui n’auront pas une allure inhérente à la race, seront déclassés. Cela ne

veut pas dire qu’un griffon ne doit pas courir vite, ni s’étendre loin sur les côtés . (KORTHALS disait que la limite

de l’étendue de la quête, est la distance dans laquelle le chien reste sous le contrôle du conducteur). Mais sont

à vérifier le port de tête, le galop légèrement basculé etc..

DOIVENT être vérifiés en toute manifestation canine (beauté ou travail) même les TAN, les identifications

par tatouage et par puce.

TAN – REGIONALE D’ELEVAGE – CONCOURS FIELD TRIALAMATEURS

Organiser beaucoup de TAN même avec peu de chiens pour provoquer, réunion, discussion, enseignement,

échange.

Pousser les Régionales d’Elevage, assorties de T.A.N et d’épreuves d’initiation aux F.T.

Organiser un concours amateur, dans la mesure du possible, à chaque spéciale ou interclubs en printemps

et en automne.

PRIX DU STYLE KORTHALS (P.S.K.)

Le projet de règlement doit être étudié en comité.

Certaines de ces mesures sont d’ores et déjà validées, celles qui ont été ratifiées par l’Assemblée Générale réunie

extraordinairement seront appliquées et publiées dans le bulletin.

PIÈCES ANNEXES

“ LA RACE DU GRIFFON KORTHALS”

par M. A. Gallet Lachaise

Pages 1 à 7

ATTESTATION DU TRESORIER

Page 8

LA RACE DU GRIFFON KORTHALS

..... Edouard Karel KORTHALS nous a fourni les armes à commencer par le standard dont Jean

CASTAING disait que :

“ S’il devait un jour être rédigé en terme plus précis, cela aurait pour conséquence inéluctable de

rétrécir la sélection des qualités de chasse. Or, il ne faut pas perdre de vue que le Griffon à poil

dur KORTHALS doit rester CHIEN DE CHASSE”

De tout temps, le sujet de la retrempe fut l’objet de polémiques, de suspicions fondées ou non qui ont toujours

conduit à la division.

A. GALLET LACHAISE

Février 2009

SOMMAIRE

A) PREAMBULE

Les travaux du comité

Courriel J. CARPENTIER du 16 avril 2007 page 2

Courriel P. DEBRET du 18 avril 2007 page 2

Courriel J. CARPENTIER du 19 avril 2007 page 3

Décision du comité GIROUSSENS 12 novembre 2006 page 3

(après relecture lors du comité du 18/02/07)

Décision du comité BOURGES 18 février 2007 page 4

(après relecture du comité du 14/07/07)

B) LE CHIOT BLANC :

Professeur J.F. COURREAU de l’Ecole Vétérinaire

de Maisons-Alfort page 5

C) DERIVES CONSTATEES…….. il y a quelques années page 5

D) PRECONISATIONS

Pour utiliser un étalon « quatr’oeillé » page 6

E) BIBLIOGRAPHIE page 7

A) PREAMBULE

LES TRAVAUX DU COMITE

Lors du comité de GIROUSSENS le 12 novembre 2006, des mesures très contraignantes avaient été envisagées

pour engager des actions tendant à éradiquer les stigmates du métissage.

Après des échanges de courriels entre membres du comité J. CARPENTIER répondait par

courriel le 16 avril 2007.

« … Il n’a jamais été question de mettre en doute la bonne foi des amateurs, nous nous en sommes déjà expliqués.

La plupart sont victimes des abus de certains éleveurs qui sont loin d’être des amateurs…

De plus pour essayer de remettre de l’ordre sans trop faire « de vagues », il a été décidé de ne s’en prendre

nommément à personne, mais simplement d’édicter des mesures destinées à décourager les adeptes du métissage.

De plus, on a convenu de le faire graduellement et avec tact.

Les courriers étrangers assortis de photos que nous avons reçus, sans compter ce qu’on peut apercevoir

aujourd’hui sur les rings d’exposition nous responsabilisent totalement et notre devoir est de réagir même si

cela en contrarie certains.

Je pense sincèrement qu’il faut voir les choses de façon positive et qu’il ne sert à rien d’entretenir des

conflits qui ne peuvent que faire mal à notre association. Vous avez des remarques à faire, personne ne vous

empêchera de les faire, ni ne les jettera à la corbeille, à une condition qu’elles soient faites dans le respect de

la courtoisie et avec fair-play.

Meilleurs sentiments griffonniers. Jacques CARPENTIER (fac-similé)

Pierre DEBRET, livrait ses réflexions le 18 avril 2007 (fac-similé)

«Comme le souligne Jacques CARPENTIER, les conflits ne font qu’affaiblir le Club et c’est la raison pour

laquelle je ne répondrai pas au dernier e-mail ravageur lu sur vos écrans. Par contre, je vous livre mes réflexions

sur les chiens tricolores et je profite de cette occasion pour remercier les griffonniers qui m’ont exposé leur

point de vue sur ce problème, remettant en cause les décisions prises par le Comité.

Une décision a été prise lors de la dernière réunion de Comité : ne plus confirmer les chiens tricolores à

échéance 2009 ou 2010. Ceci veut donc dire que nous ne voulons plus de chiens quatre oeillés. Je dois avouer

que j’étais plutôt d’accord avec ce principe en me remémorant la grande déception de découvrir un tel chiot

dans une de mes portées. Donc on élimine du LOF les pauvres chiens qui expriment cette « tare » et nous

dirons que nous les éliminons phénotypiquement. Ceci entraîne des conséquences comme par exemple de ne

plus utiliser aujourd’hui de tels chiens pour la reproduction et pour le Comité de ne plus en recommander

pour la reproduction : ceci est facile à faire avec un crayon mais impossible sur le terrain quand ce sont des

chiens de tête.

Si l’on veut aller jusqu’au bout de notre décision, il faut aller plus loin et éliminer de la reproduction tous les

chiens porteurs de cette anomalie, c’est-à-dire tous ceux porteurs du fameux gène quatre oeillé : ce serait donc

une sélection génotypique. Et là, je commence à reculer. En effet, si on observe la grande population de nos

chiens, il est possible de trouver tel chien avec un peu de feu autour de l’anus (j’en ai remarqué un assez grand

nombre ce printemps), tel chien porteur de belles mèches blondes sur les garnitures du museau (il y en a pas

mal et sont souvent primés en expo) ce qui fait que l’on s’aperçoit qu’une assez grande proportion de nos griffons

doit, à mon avis, porter ce fameux gène.

Cela vient probablement du fait que nos lignées comportent déjà à 4 ou 5 générations des géniteurs qui se

retrouvent souvent (c’est le principe de la consanguinité). Ce phénomène s’est accentué pendant la dernière

décennie puisque certains mâles ont été utilisés à outrance et qu’ainsi on a augmenté sans s’en rendre compte

l’indice de consanguinité dans nos chiens d’aujourd’hui, faisant ainsi apparaître des caractères positifs mais

aussi des caractères négatifs (des chiens tricolores naissent depuis déjà longtemps, certainement en plus grande

proportion aujourd’hui). C’est donc la situation à l’heure actuelle et nous composons le comité qui doit

maintenir la race la plus proche possible de notre standard.

Alors que faire ?

Eliminer une petite proportion de chiens qui a le malheur d’exprimer une «tare » portée par la majorité

. Ceci ne va pas changer le problème car les chiens très marqués ne sont pas ou peu utilisés pour la

reproduction et si nous voulons les éliminer du LOF, les éleveurs voudront logiquement les éliminer physiquement

et là, ne comptez pas sur moi pour tenir la seringue !

Maintenir la ligne logique prise par nos prédécesseurs mais trop peu souvent suivie : ne pas primer audessus

du TB de tels chiens en expo et continuer à expliquer, éduquer et montrer de beaux sujets.

Je propose donc d’annuler cette dernière décision de notre Comité qui me paraît trop brutale et de mettre

l’accent pendant un mandat, soit 6 ans, sur le poil (qualité de la texture (poil dur et grossier), longueur et couleur).

Ceci pourrait par exemple se concrétiser par un prix spécial « qualité du poil » donné en Nationale, en

exposition de Championnat et dans chaque expo spéciale avec force publicité pour les chiens primés, études

des descendances…

Ceci représente un travail de longue haleine mais en élevage, il est toujours difficile d’avoir des résultats

rapides et durables.

Pendant tout ce temps, il faut bien entendu ne pas repartir dans d’autres travers, et, comme la certification devient obligatoire

pour tout produit vendu, il faut en venir à certifier les origines des générations futures grâce aux analyses ADN

qui finiront par devenir automatiques.

Cette réflexion m’a amené à changer ma position sur la décision du Comité et à penser que cette non-confirmation serait

une grave erreur prise pour la race : ponctuelle, elle ne sert à rien ou presque rien, prise intégralement par une élimination

phénotypique et génotypique, elle menacerait la race qui me semble aujourd’hui déjà bien fragile sur la base du

standard.

Orientations proposées par J. CARPENTIER le 19 avril 2007

Suite aux réflexions que vient de vous livrer Pierre DEBRET, concernant les chiens tricolores, après en avoir discuté avec

Pierre LAUTIER et en accord avec lui, je pense aussi qu’effectivement Pierre DEBRET a raison et que nous devons revenir

sur nos dernières décisions. Ce qui ne devrait pas poser de problème parce que sauf erreur de ma part le compte rendu

n’a pas dû être approuvé.

On pourra peut-être donner l’impression qu’on ne sait pas trop ce qu’on veut, mais les arguments avancés par Pierre

DEBRET sont tout à fait valables et raisonnables et il ne faut pas craindre de reconnaître les erreurs que l’on a pu parfois

commettre, c’est tout à notre honneur.

Par contre, il faudra absolument distribuer des TB et même des BONS lorsque le défaut est très marqué. Nous mettrons

plus de temps à « nettoyer » ce défaut, mais cela est préférable que de refuser à la confirmation des chiens d’ici deux à

trois ans.

De plus, ça ne nous permettra pas d’éradiquer la tare, surtout comme le fait aussi remarquer Pierre LAUTIER que pour

certains sujets elle est très légère, à peine perceptible et chez d’autres qui sont porteurs invisibles elle n’est pas décelable.

Une action aussi brutale, nous entraînerait par ailleurs à démolir plusieurs chiens de tête de la classe travail et cela

menacerait la race ; mieux vaut y aller en douceur.

La proposition de faire la promotion du poil dur et des bonnes pigmentations suggérée par Pierre DEBRET est intéressante

parce qu’elle focalisera les amateurs sur le problème.

Amicalement - Jacques CARPENTIER (fac-similé)

Décisions du Comité – Bulletin 150 2007/2 (extraits)

Compte rendu de GIROUSSENS 12 novembre 2006 Page 10 attributions CACS/RCACS

M. J. LECLERCQ (juge de travail et membre de la C.U. du Club) a réalisé et diffusé à tous les membres du Comité un

rapport très argumenté sur les “dérives” que, selon lui, il a constatées lors de ses jugements par rapport à notre standard de

travail et aux “allures inhérentes à la race”……

…..Puis il conclut en ces termes :” C’est dans les allures, la vitesse, le port de tête et le style de galop que se repèrent

d’abord les infusions exogènes ensuite ce sont dans les phases de remontée du gibier, d’arrêt et de coulé que

s’illustrent les défauts dus à l’hybridation…….

……M. J. CARPENTIER a également réalisé un rapport très complet sur le standard morphologique qu’il a adressé à tous

les membres du Comité avant cette réunion, mettant en évidence les dérives, que beaucoup de juges ont pu constater, lors

de leur jugement en exposition, augmentation de la taille, perte du poil dur, manque de volume abdominal ce qui fait perdre

à notre griffon son côté robuste et puissant...etc”

Il est aussi apparu depuis quelques années dans certaines portées des chiens “Blanc” (non albinos) ou porteur du

gène “quatreoeillé”, taches jaunes ou fauves sur les pattes, autour de l’anus, sur le poitrail et en tête aux coins supérieurs

des sourcils.

Tous ces stigmates laissent à penser qu’il y ait pu avoir à un moment donné “métissage” et qu’au vu de tout cela il

faille revenir à une lecture beaucoup plus stricte de notre standard par des jugements plus sévères vis à vis de ces défauts…

…..le Comité se donne le temps de la réflexion, ces questions seront donc remises à l’ordre du jour de sa prochaine

réunion (printemps 2007) pour une nouvelle concertation et prendre éventuellement les décisions qui s’imposent.

Il est tout de même rappelé que certaines décisions ont déjà été prises depuis plusieurs années par le Comité (et réitérées

à de nombreuses reprises) et qu’elles doivent être appliquées lors des jugements. :

Taille : Les CACS et RCACS seront réservés aux chiens dont la taille est comprise entre 55 et 60 cm pour les mâles et 50

et 55 pour les femelles au-dela de ces normes, et dans les tolérances du standard, le qualificatif EXC pourra éventuellement

être accordé à condition que le sujet soit parfait dans tous les autres points du standard.. (R.C.du 8/12/84 et 5/06/04)

Couleur de la robe : Afin d’éviter la propagation des robes “pluricolores” notamment marquées de jaune et feu, les sujets

ainsi vêtus ne pourront prétendre au mieux qu’au qualificatif TRÈS BON

Les sujets à poil court, dépourvus de sous-poil et de ce fait de garnitures, à poil laineux ou soyeux ne pourront prétendre

au mieux qu’au qualificatif TRÈS-BON (R.C. 15/04/78)

Compte rendu de Bourges 18/02/07 pages 12 et 13 Standard

Suite aux rapports présentés lors de la dernière réunion du Comité (12/11/2006) par les Commissions d’Elevage et

d’Utilisation, une large concertation avec échange de points de vue a eu lieu durant ces trois derniers mois entre tous les

membres du Comité,………..

…Ce travail de concertation débouchant sur deux documents de synthèse, l’un pour la conformité au standard rédigé par

le M. J. CARPENTIER et le Dr P. LAUTIER l’autre sur le standard de travail par MM. J. CARPENTIER et J. LECLERCQ,

ces deux documents ayant été adressés à chaque membre du Comité avant la réunion de ce jour.

M.J. LECLERCQ en tant que “rapporteur” expose la position des deux commissions qui ressort de ces débats et la philosophie

qui les a guidés dans l’élaboration de ces propositions, à savoir la préservation d’un Griffon Korthals “pur” en

essayant d’éliminer, autant que faire se peut, les sujets porteurs des stigmates mettant en évidence des traces de métissages,

qu’elles viennent de mésalliances anciennes ou plus récentes. et par là même, mettre en évidence les sujets qui sont le plus

proches du vrai type Griffon tel que l’a voulu E.K. KORTHALS tant sur le plan morphologique que dans ses allures à la

chasse.

Pour atteindre ces objectifs, le Comité a décidé d’agir sur plusieurs axes.

a) Concernant la conformité au standard morphologique, un certain nombre de directives seront données aux juges

pour que lors de la confirmation et des jugements en exposition les qualificatifs et les récompenses ne soient accordés que

dans le strict respect de tous les points de notre standard ainsi que l’application des consignes déjà adoptées par le Comité

et publiées à plusieurs reprises dans notre bulletin.

Une note de synthèse sera adressée dans ce sens à tous les juges de la race Korthals.

b) Des conditions plus restrictives seront proposées quant aux critères nécessaires pour entrer dans la grille de cotations,

à savoir :

Le test ADN pour les cotations 1 et 2. Ce point devra être soumis à la Commission Elevage de la S.C.C. chargée de valider

les grilles de cotations et ne sera applicable qu’après accord de cette commission.

D’autre part une réflexion sera menée par le Comité pour éventuellement mentionner dans la bourse aux chiots les test

ADN des géniteurs voire des chiots issus de la portée annoncée.

c) Le Comité conduira, parallèlement, une réflexion et une enquête concernant les sujets porteurs des stigmates du

gène “Quatr-oeillé” (tricolore) ou truité (résurgence de métissage), réflexion qui devra déboucher à terme sur une

décision quant à la confirmation ou non de ces sujets.

B) CHIOTS BLANCS

Courrier adressé au Professeur COURREAU de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort

Professeur,

…..Effectivement si certains chiots naissent parfaitement blancs comme vous l’a décrit M. LEHERICEY, il s’avère que

ces chiots, que certains éleveurs ont conservés et élevés, à l’âge adulte prennent une pigmentation d’un blanc très très légèrement

sablé qui fait penser à la couleur du setter lemon avec généralement des poils plus longs que la normale sans avoir

la dureté que l’on demande au poil du griffon KORTHALS et souvent sans sous-poil.

Question :

Peut-on considérer que de tels chiens qui naissent blancs sont la conséquence d’un gêne récessif très rare ? ou bien s’agitil

d’un gêne récessif de métissage ?

réponse du Professeur COURREAU :

De : JF Courreau [mailto:jfcourreau@vet-alfort.fr]

Envoyé : mardi 3 février 2009 09:00

À : André Gallet Lachaise

Objet : Re: RACE GRIFFON KORTHALS CHIOTS BLANCS.

Cher Président,

Je vous confirme que l’hypothèse la plus vraisemblable pour moi est celle du gène récessif rare présent dans la race. Je

ne vois pas comment une ascendance setter pourrait donner une robe intégralement blanche. Qu’elle soit très légèrement

teintée exprimerait le fait que le gène responsable n’a pas une action parfaite ce qui permet de parler d’un sub-albinisme.

Je suppose que muqueuses et yeux sont généralement plus clairs que la normale chez les sujets blancs. Par ailleurs, avec

un tel gène, il me paraît concevable qu’il y ait aussi des effets associés qui concernent la structure du poil, avec une moindre

qualité de celui-ci. Il n’est pas rare que plusieurs déficiences soient liées.

Espérant que ces propos vous éclaireront dans cette affaire, je vous prie de croire, cher Président, en mes sentiments les

meilleurs.

Pr. JF Courreau

C) DERIVES CONSTATEES….… il y a quelques années

DAX 11 avril 1977 – Spéciale KORTHALS – Juge Colonel PROUST – Délégué du Club M. BEAUVAIS (Aquitaine)

« J’ai apprécié les conversations amicales avec plusieurs griffonniers. M. ROYO et en particulier M. GUITARD qui nous

a fait part de ses déboires et surprises en élevage lorsqu’il est né des Braques dans une portée de griffons.

Il y a donc eu un apport de sang étranger à la race à une certaine époque.

Je signale ce cas afin que la commission technique du club effectue des recherches pour en déceler les origines, faire stopper

ces procédés néfastes à la continuité d’une race pure et mettre en garde les éleveurs contre de tels procédés en jouant

aux apprentis sorciers ».

Motion du cercle - quelques réponses à Jacques CARPENTIER :

Monsieur J. ITEN 81600 GAILLAC (fac-similé)

Soutient la motion, mais je ne comprends pas pour ce qui concerne les tricolores qui ont toujours été acceptés. Les 1er

tricolores que nous avons eus sont nés de « PILE ou FACE » du « Ruisseau du Massacre » et par « UBO » « de la

Bastière »

Monsieur BRAGENTI (Italie) 25 octobre 2008 (fac-similé)

Soutient la motion

« 2 anni fa, ho accopiato una mia cagna (campione di belezza) con un soggetto provenante da un vostro premiato allevamento.

E venuto fuori un « pointer à pelo duro »

Traduction

Il y a 2 ans, j’ai fait couvrir une chienne m’appartenant (championne de beauté) avec un chien provenant de votre élevage

primé. Il est né un « pointer à poil dur ».

Suite à la motion avec l’accord de M. LEHERICEY (fac-similé, extrait)

Echange de courrier entre MM Yves LEHERICEY, éleveur depuis 1983, Gilles JOUET, éleveur depuis 1989, à savoir

« Dans votre circulaire, vous prétendez la chose (tricolore) comme étant un phénomène récent, or il faut savoir que nous

présentons des chiens tant en Field qu’en exposition depuis de nombreuses années et que nous avons pu voir des chiens tricolores

depuis nos débuts. Ce n’est donc pas un phénomène nouveau, nous-mêmes en ayant produit sur certaines lignées et

nous sommes persuadés que la plupart des élevages produisant régulièrement des chiots ont eu des tricolores mais n’en parlent

pas. »

et Monsieur P. LAUTIER, S.G.A. (fac-similé, extrait)

« Je ne vous redirai pas que les tricolores sont d’apparition récente car on vous l’a redit, vous n’aviez pas bien lu notre

motion. Il n’y a pas si longtemps, Madame LEMPEREUR (affixe des Zizaines) nous disait qu’elle les sélectionnait car elle

les trouvait meilleurs sur le terrain. Ce n’est pas une raison pour laisser aller les choses car non seulement, ces chiens sont,

de nos jours pour une bonne part, issus du métissage, que cette méthode n’est pas autorisée et qu’elle n’est qu’une abominable

fraude au détriment des acheteurs innocents (qui vont, s’ils peuvent se le permettre d’un point de vue financier, acheter

de préférence dans les élevage d’élite car ils croient acheter avec plus de sécurité qu’ailleurs) mais au profit des fraudeurs.

Car ce n’est que cela : Gagner sur le terrain, d’abord, Gagner ensuite la confiance, Gagner en fin de l’argent, toujours

plus, avec la satisfaction sadique d’avoir « baisé » tout le monde (pardonnez-moi l’expression mais la trivialité va

de pair avec les maquignons). »

D) PRECAUTIONS POUR UTILISER UN ETALON « QUATR’OEILLE »

Réponse du 30 septembre 2009 de M. CARPENTIER à Monsieur FAUCHEUX, propriétaire d’un chien quatr’oeillé,

champion de travail :

« Monsieur,

Votre chien n’a ni la peste, ni le choléra. Si on vous le demande pour des saillies bien entendu vous pouvez y répondre,

évitez si possible la consanguinité. On ne sélectionne pas sur un seul caractère, votre chien a des qualités de chasse et même

de concours, il est intéressant pour la reproduction, ce n’est pas de votre faute, si des éleveurs peu scrupuleux ont contaminé

le sang, alors que vous n’en saviez rien. Nous devons faire avec. Si vous êtes amené à garder un ou plusieurs chiots issus

de votre étalon essayez de choisir des sujets qui ne soient pas quatr’oeillés et persistez avec cette méthode dans les descendances,

viendra un moment où le stigmate sera presque purgé, mais surtout ne raccrochez pas les crampons…. la race a

besoin de votre étalon comme de tous les autres, mais à utiliser avec circonspection. »

Pour bien comprendre la méthode à utiliser pour la descendance, se reporter à l’article de L. TURLUTTE, bulletin n° 87

page 16 à 18.

E) BIBLIOGRAPHIE

Pour mémoire, une sélection non exhaustive de livres et d’articles concernant la race du Griffon KORTHALS

parus dans les revues et LEG du Club à partir de mes archives personnelles.

1969 : Annuaire 1968 du CF du GAPDK (Présidence U. FABRE) pages 26-27 l’indésirable RETREMPE

(extrait du Livre des Origines 1933) article d’ André PHILIPON

Page 28 : croisements, bricolage (article de l’Eleveur P. MEGIN)

1971 : « Le Griffon d’Arrêt à Poil Dur KORTHALS » par J. CASTAING édition juin 1971

1977 : Bulletin n° 85 page 11 à 13 : particularité morphologique du Griffon KORTHALS

article L. TURLUTTE

Bulletin n° 86 page 26 à 27 : morphologie du griffon d’arrêt à poil dur KORTHALS , le type,

les modèles – article L. TURLUTTE

1978 : Bulletin n° 87 pages 16 à 18 (Présidence Y. DROIT) : actualisation de la méthode d’élevage de

KORTHALS – article L. TURLUTTE avec le concours du Professeur DENIS de l’Ecole

Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort

Bulletin n° 88 pages 11 à 14 : commission technique du Club Français du Griffon KORTHALS

1979 : Livre de l’Eleveur Griffonnier (L.E.G.) (Présidence Y. DROIT) page 17 : couleur de la robe

pages 19-20-23 : le griffon à poil dur avec une réponse de E. KORTHALS

1980 : Bulletin n° 93 pages 26 à 29 (Présidence Y. DROIT) : exposé sur la génétique de P. LAUTIER

Bulletin n° 95 pages 47 à 48 : Mais où sont les griffons d’antan – article P. LAUTIER

1985 : Bulletin n° 105 pages 25 à 29 (Présidence C. ROCHEBEUF) : le style c’est le chien –

article de J. KESPERN

1986 : Bulletin n° 108 page 13 (Présidence C. ROCHEBEUF) : A propos du poil dur –

article de J. CARPENTIER

1988 : Livre de l’éleveur Griffonnier (L.E.G.) page 6 (Présidence C. ROCHEBEUF) :

les griffons d’arrêt à poil dur au début du 19ème siècle page 8 à 26 extrait du LOG –

volume VIII article paru en 1926 suite à de nombreux autres articles sur la retrempe pour

améliorer la griffon page 27 article chasse et pêche année 1925.

Voir photo KENAU Pur Sang Korthals (G.S.B. 131)

2002 : Bulletin 139 (Présidence J. CARPENTIER) Editorial de J. CARPENTIER

« … ayant constaté une certaine dérive au niveau du poil, nous allons nous attacher à le

remettre en valeur ».

Page 58 article de P. LAUTIER :

« … Oh ce chien-là n’est pas difficile à toiletter, pas de poils emmêlés ou de sous-poil à arra

cher, mais ne me dites pas que c’est un vrai KORTHALS, c’est un hybride, un descendant d’un croisement occulte,

comme nous en connaissons quelques-uns, avec une souche soit braque soit pointer, ce qui revient au même, on

aura fait ce mariage avec l’idée de gagner de la vitesse sur quelques sujets.. »

2004 : Bulletin 144 Page 34 (Présidence A. GALLET LACHAISE) : Propos sur le standard –

Interview de J. CARPENTIER par Philippe ROCA pour le Club américain AWP GA

page 47 : KORTAUX ou COSTAUD - article de P. DEBRET

2005 : Bulletin 145 page 23 : Au sujet de l’entreprise du Griffon KORTHALS - article de J. CARPENTIER

2006 : Bulletin 147 pages 15 et 16 : LA RETREMPE : «ce qu’il faut savoir, ce qu’on peut en penser »

article de J. CARPENTIER

Bulletin 148 page 18 : le chien d’abord, le chien surtout - article de P. DEBRET

2007 : Bulletin 149 : le mot du Président citation de Mme LEY

« Le Griffon de KORTHALS » par J. CARPENTIER – Edition décembre 2007