Toutes les images et textes de ce site sont protégés par les lois internationales sur le copyright et ne peuvent être reproduits ou utilisés sans une autorisation écrite de son auteur.

 

LA TOILETTE DU GRIFFON D'ARRÊT A POIL DUR.

 

 

Parmi les humains, les chauves et les imberbes n'ont pas à engager de frais de coiffeur, ni de dépense à faire pour l'achat d'un peigne ou d'un rasoir. Pour la toilette un bon savon suffit.
Par contre les natures velues doivent investir en plus dans ce type de matériel si elles désirent entretenir régulièrement leur tête, garder leur identité et la finesse de leurs traits.
Sans entretien les cheveux recouvrent le crâne et cachent les formes de la tête, la barbe et les moustaches des envahissent la face et masquent le visage.
Pour les têtes de griffons d'arrêt il en est de même, mais ici les choses sont un peu plus compliquées. Outre le peigne, il faut une étrille et le rasoir devient un peigne couteau......
Les shampoings sont plus sophistiqués. Un gant de crin est très utile.
Le toilettage esthétique est plus complexe quoique la mode capillaire humaine s'avère parfois étonnamment subtile.
Une belle tête de griffon, bien typée, doit être bien fournie en poils et dotée de bonnes garnitures. Pour être mise en valeur elle nécessite de façon régulière un entretien approprié. Lorsqu'on ne le fait pas soi même par manque de connaissance ou tout simplement par manque de temps, il faut faire attention à ne pas recourir à n'importe quel "figaro canin".
La coiffure de la tête du Korthals est particulière, il ne faut pas tailler n'importe comment.

Le toilettage de la tête est un travail artistique, on le voit, il ne s'agit pas de couper, tailler et raser dans tous les sens. Jean Castaing a très justement expliqué que le toilettage d'un griffon ne doit rien avoir de commun avec celui d'un caniche ou d'un fox-terrier ! Il n'a pas pour but de maquiller mais d’entretenir le pelage pour favoriser la pousse d'un poil ferme et vigoureux. En ôtant les poils morts et les excès de sous poil, on aère la fourrure, la double toison s'équilibre.
Quelques zones doivent être travaillées avec modération afin de laisser apparaître les ciselures de la face. Désépaissir la toison sur le crâne, les tempes, les zygomatiques et la région sous orbitaire, c'est réduire la masse de la tête. On enlève de la sorte la lourdeur entraînée par les exubérances pileuses. La tête doit manifester sa véritable expression.
Une mode relativement récente consiste à raser de près toutes ces places à pilosité surabondantes. C'est la coupe "Provençale", mise en vogue à une époque par une éleveuse occitane. La tondeuse élague avec intensité les espaces précités qui ressortent rasés, elle empiète généralement sur les joues, les creusent et entament la barbe... l'harmonie cubique du museau
est brisée. Pour finir les sourcils sont taillés "au carré", les crânes ont la découpe rase des légionnaires et les encolures ressemblent à celles des galgos espagnols. L'aspect général de la tête se rapproche de celui d'un Schnauzer à oreilles tombantes. !!!
Ce type de toilettage donne le contraire d'une expression naturelle et durcit les traits. Il confine au déguisement et ne devrait pas être toléré, pour le moins devrait-il être pénalisé dans les expositions.

Le Toilettage du corps est moins délicat.
Sur le corps, le poil dur est mélangé au sous poil sous jasent.
Chez un modèle type, la longueur standard du poil dur de couverture doit être, on l'a vu, de quatre à cinq centimètres maximum. Le duvet à la base doit être dense et bien réparti.
L'important pour avoir de belles fourrures est de trouver l'équilibre entre les deux poils
Le toilettage du corps consiste en un brossage suivi et régulier, pour enlever les poils morts et éliminer les excès de bourre formés par le sous poil. On utilise en général des étrilles ou des brosses avec des dents métalliques très fines.
On expurge ainsi petit à petit les plaques de couleur beige souvent envahissantes dans les robes de griffons.
Ce sont les surplus de duvet qui ont fini par monter sur le poil et qui ont tendance à l'étouffer.
Au bout d'un certain temps on a "gommé" le beige, mais c'est un travail de patience qui doit se faire progressivement, pendant plusieurs semaines, il ne faut pas tout arracher d'un coup !
Le poil de couverture retrouve ainsi son espace vital, il peut respirer et s'épanouir normalement.
On assiste alors au développement de poils blancs qui viennent se mélanger aux poils marrons et on voit le retour ou l'avènement du gris acier.

Toutes les robes de griffons n'ont pas un rapport de pilosité identique.
En dehors des mieux lotis qui ont un équilibre normal dans la double toison, il y a ceux qui ont trop de sous poil et ceux qui n'en ont pas suffisamment...
A noter qu'il vaut mieux la première configuration que la seconde. On peut toujours enlever du surplus alors qu'on ne peut pas en rajouter. Dans ce cas le poil est dit laineux ; à part quelques cas extrêmes, avec énormément de patience et de travail, on arrive à se débarrasser de la surabondance de la bourre. Cela implique un débourrage journalier pendant plusieurs mois, il faut agir progressivement et avec modération. Il est rare de ne pas obtenir de résultats satisfaisants.
Dans les cas désespérés, on peut pratiquer une tonte intégrale, au printemps, mais le résultat donne souvent à la sortie des poils bouclés ou frisés, cela vaut peut-être mieux que des écheveaux de laine.
Pour les sujets ayant tendance à manquer de sous poil, le problème est beaucoup plus délicat. Il faut surtout faire attention à ne pas arracher la couche existante. Avec des brossages réguliers, déblayant les poils morts on améliore en général sa densité.

A noter qu'un chien qui travaille au fourré profite d'un toilettage naturel.
En principe, il y a des périodes où le poil se travaille mieux, ce sont les périodes de mue : en particulier au printemps. Il semblerait néanmoins que ces périodes soient moins déterminantes qu'auparavant.
Un bon bain chaud favorise en général un bon brossage et l’extraction des mauvais poils.
Le vétérinaire est toujours de bon conseil et peut dans certains cas prescrire des produits favorisant la pousse et la bonne santé du poil.
Un régime alimentaire à base de laitages et de poissons est réputé excellent pour le développement du poil.

Pour le corps :

La toilette du griffon est aussi une question d'hygiène et de propreté. Elle s'impose bien sûr au retour de la chasse : gares aux tiques ou aux épillets.
Pour les expositions, ce qui importe principalement, c'est de présenter un sujet en parfait état, avec une belle qualité de poil, une apparence nette et propre.
La toilette hygiénique débute en tête par l'intérieur des oreilles. Probablement est-ce la partie la plus délicate de la tête. La pilosité retient les poussières et les petits débris. La face interne de l'oreille est recouverte de poils de même que l'entrée du canal auditif ; il faut nettoyer en permanence. Le cérumen finit par former de petites boules qui s'agglomèrent aux poils et durcissent, obstruant l'entrée du canal auditif. Les effets secondaires sont gênants pour l’ouïe et pour l'odeur environnante. En outre, cela favorise le développement du cathare auriculaire.
On traite à l'eau chaude et à la glycérine, les vétérinaires extraient en général ces boules par épilation ; il est facile de pratiquer soi-même l’épilation des poils qui obstruent l’entrée des conduits auditifs.
Un bon juge vérifie toujours la propreté des oreilles, c'est un critère de bienséance de la part du présentateur. Que penserait-on d'une prétendante au titre de Miss qui se présenterait, par exemple, avec les pieds sales ?

Un nettoyage régulier des dents est nécessaire. Le tartre s'accumule sur la couronne dentaire et la teinte. Outre l'effet optique déplaisant, les effets secondaires sont importants, le collet se déchausse, les caries s'installent et pourrissent les racines qui sont plus fragiles.
La mauvaise haleine rencontrée chez la plupart des chiens provient du mauvais état de la denture.
On peut brosser les dents de son chien, ce n'est pas ridicule. Un vieux truc d'éleveur consiste à frotter les dents avec du citron. Tous les vétérinaires sont à même de pratiquer un détartrage quand il est nécessaire.

Les yeux appellent parfois quelques soins de propreté, surtout au retour des parties de chasse. Des graminées peuvent se loger sous la paupière inférieure.
Il faut y veiller, une graine oubliée peut entraîner une inflammation grave avec des conséquences qui peuvent être sévères.

Pour le corps, un bon peignage régulier permet de retirer les saletés, les poils morts, mais aussi les parasites, un bon bain ou une douche, de temps en temps ne font pas de mal... Un shampooing décrasse bien ; il y a des formules contenant des produits anti-parasitaires qui sont intéressants, vu leur double action.

Les appareils génitaux méritent une toilette suivie. Chez le mâle l'extrémité du fourreau, le prépuce est souvent encombré d'une sécrétion jaunâtre qui fait penser à du pus. En réalité, il s'agit de l'excrétion de glandes urétrales et prostatiques qui se colle aux poils longs qui dépassent au bout du fourreau de la verge. Il faut couper ces poils pour éviter ce dépôt. Pour la femelle la vulve enfle au moment des chaleurs, puis elle va présenter des écoulements sanguinolents.
Pendant cette période tout est naturel et il n'y a aucun soin d'hygiène particulier à donner.
Par contre après la mise-bas, si la vulve après quelques jours continue à présenter des écoulements plus ou moins rougeâtres et surtout purulents, il y a lieu de s'inquiéter. Il s'agit peut-être des conséquences d'une infection. Un simple lavage extérieur ne suffit pas il faut foncer chez le vétérinaire.

La partie anale demande une toilette attentive. L'anus et les glandes anales sont fatalement salis par le passage des excréments et peuvent être le siège d'inflammations diverses. La propreté doit être rigoureuse. Bien que le chien nettoie généralement seul cette partie du corps, il faut la surveiller et couper notamment les poils envahissants autour de l'anus.

Les ongles des pieds nécessitent enfin une surveillance particulière. En période de travail, l'usure des ongles se fait naturellement, mais pendant les saisons de repos, les ongles poussent et atteignent souvent des longueurs étonnantes. Cela gêne considérablement le chien dans sa démarche, en particulier sur les sols durs. Les doigts n'ont plus leurs appuis habituels et les coussins ne peuvent plus jouer leur rôle. Il convient de couper les ongles dès qu'ils dépassent le bout des doigts de plus de un centimètre à un centimètre et demi.

Le toilettage du chien comporte, à la fois, l'aspect hygiénique et l'aspect esthétique.
Pour le Korthals, la spécificité de son pelage rend la tâche un peu plus compliquée par rapport aux autres congénères de quelques autres races de chien d'arrêt. C'est sans doute l'inconvénient le plus
important en comparaison, mais c'est le seul.
En général le griffon accepte très bien le toilettage, on a même l'impression qu'il y prend plaisir et qu'il est conscient de sa mise en valeur. En le flattant un peu, il s'y prête gaiement.
Lorsqu'on a l'intention de l'exposer, le toilettage doit être parfait, la propreté rigoureuse, c'est de la déférence envers les juges. Surtout ne pas laver son griffon la veille de l’exposition, les shampooings ramollissent le poil. Autant pour le lavage que pour le toilettage et le côté harmonieux, il faut s'y prendre quelques semaines avant les expositions afin que le jour "J" l'aspect soit le plus authentique possible.
"S'apprêter pour un défilé, ne veut pas dire se travestir."

J.R.du M.