Toutes les images et textes de ce site sont protégés par les lois internationales sur le copyright et ne peuvent être reproduits ou utilisés sans une autorisation écrite de son auteur.

 

Dossier réalisé par Jimmy Leclercq

 

Les outils récents de la génétique moléculaire permettent désormais de vérifier génétiquement les parentés, de certifier les pedigrees et d’améliorer ainsi la traçabilité de la filière canine.

 

Comment pouvez-vous à votre niveau participer à lutter contre le métissage ?
Traçabilité et qualité ?
Avantages pour l’éleveur de chien de race ?
En quoi consistent l’identification génétique et la vérification de parenté ?
Pourquoi certifier les pedigrees ?
La vérification de parenté est-elle fiable ?
L’identification génétique va-t-elle devenir obligatoire ?
En pratique, comment réaliser une vérification de parenté ?

 

Voir aussi : "www.antagene.com"

 

 

Comment pouvez-vous à votre niveau participer à lutter contre le métissage ?

1- Faites le test A.D.N. de vos chiens (environ 38 €). Une seule fois dans sa vie, pour la pérennité de notre race.

2- Demander à l’éleveur de vous fournir les empreintes génétiques du père et de la mère.

3- Faire l’acquisition d’un chiot uniquement auprès d’éleveurs authentiques qui font au moins tester leur géniteur.

4- Ne pas acheter de chiots chez ceux qui refusent de faire tester leurs géniteurs.

Suite ...

 

 

 

Traçabilité et qualité

Un foyer sur deux possède un animal et le chien y tient une place particulière puisqu’il est l’animal le plus souvent rencontré dans ces foyers. Quant aux raisons qui motivent l’achat d’un chien, l’amour des animaux arrive en tête. L’animal de compagnie est devenu un phénomène de société. Mais c’est aussi un marché dont l’expansion suscite de nombreuses convoitises. Les années récentes sont caractérisées par deux évolutions concomitantes qui apparaissent contradictoires. D’une part la pression croissante des intérêts économiques en jeu suscite des comportements douteux. Ces différentes considérations entraînent un besoin de traçabilité et une recherche de qualité.

Le but étant :

- la préservation de l’identité de nos animaux,

- de répondre à l’attente des chasseurs,

- d’apporter une réponse à la fraude.

« La traçabilité ne se cache pas, elle se revendique ».

Toute personne a maintenant la possibilité d’exiger de connaître la provenance de la viande qu’elle va consommer. Il est primordial d’exiger la traçabilité des chiens de notre race au travers l’identification génétique et la certification des filiations.

L’identification génétique est un rempart face à la fraude, aidez-nous à construire ce rempart. Nous avons édifié les bases, apporter votre pierre à l’édifice.

...

 

 

Avantages pour l’éleveur de chien de race :

1- L’identification génétique est infaillible (preuve en cas de vol)

2- L’identification génétique répond au besoin de traçabilité exprimé par notre société, le particulier est rassuré de savoir qu’une garantie est donnée aux origines de son chien et qu’il peut à tout moment décider d’en vérifier l’exactitude.

3- L’éleveur en pratiquant l’identification de ses reproducteurs s’engage dans un processus de qualité qui le met à l’abri de la suspicion en donnant des garanties sur l’origine de ses chiots.

4- Face à la production de chiots d’origines incertaines, l’identification génétique va restaurer les notions de qualité et de traçabilité qui sont attachées au pédigrée, donc au griffon de race.

5- L’identification génétique valorise les étalons – même décédés si le sperme a été congelé.

6- A l’identification doit correspondre un label (Bronze – Argent – Or).
Des motifs qui ne peuvent que séduire un particulier qui dans plus de 60 % des cas décide de son achat par amour du Griffon.

7- L’identification génétique permet de prouver sa bonne foi en cas d’accusation de fraude et de fausse déclaration de saillie.

8- L’identification génétique impose une plus grande rigueur de son élevage et ne laisse plus place à la négligence, en cas de seconde saillie inopportune elle

 

Suite...

 

 

 

En quoi consistent l’identification génétique et la vérification de parenté ?

La vérification de parenté (appelée également contrôle de filiation, il s’agit du sigle «D.N.A.») consiste à vérifier que le patrimoine génétique d’un chiot est compatible avec celui des reproducteurs déclarés. En effet, la moitié des gènes du chiot provient de sa mère et l’autre moitié provient de son père. (Voir tableau 1)

Pour effectuer une vérification de parenté, il faut au préalable réaliser la carte d’identité génétique du chiot, de la mère et du père. (Voir documents )

Pour réaliser la carte d’identité génétique, le laboratoire extrait l’ADN du chien à partir d’un prélèvement par frottis buccal et détermine l’empreinte génétique unique et infalsifiable de chaque chien.

L’empreinte génétique est constituée d’une combinaison unique de marqueurs génétiques (appelés marqueurs microsatellites) codés sous forme de lettres.

L’empreinte génétique est infalsifiable et identifie un chien sans équivoque.

Même des chiens apparentés (parents/enfants, frères/sœurs) présentent des empreintes génétiques différentes.

En cas de litige, l’empreinte génétique peut être à nouveau réalisée pour vérifier l’identité d’un animal, ou d’un fragment de tissu issu de l’animal. L’empreinte génétique permet également d’authentifier une semence (paillette de sperme par exemple).
Ce système d’identification génétique est équivalent au système utilisé par la police scientifique chez l’homme.

Si l’empreinte génétique du chiot est compatible avec celle des reproducteurs déclarés, la parenté est vérifiée et le pedigree du chiot est certifié. (voir document )

Si l’empreinte génétique d’un des deux reproducteurs (souvent le père) n’est pas compatible génétiquement avec celle du chiot, la parenté est réfutée. En cas de fausse paternité, le géniteur peut être un autre mâle de la même race présent au sein de l’élevage ou de l’entourage. La vérification de parenté avec cet autre mâle pressenti peut alors permettre de rétablir la parenté réelle et de faire les déclarations adaptées pour le pedigree.

Cette démarche de vérification de parentés est particulièrement importante
lorsque la femelle est saillie par un mâle extérieur à l’élevage.

Suite...

 

 

Pourquoi certifier les pedigrees ?

Le pedigree constitue un label de qualité qui garantit la conformité d’un chien au standard de la race.

Le pedigree est un outil essentiel depuis 150 ans en cynophilie pour suivre les généalogies et assurer la traçabilité des chiens au sein de chaque race. Le pedigree atteste ainsi du travail de sélection mis en œuvre par les éleveurs pour choisir, élever et reproduire les meilleurs reproducteurs en fonction de leurs qualités morphologiques et comportementales tout en évitant les effets les plus délétères de la consanguinité et de la sur-utilisation des étalons qui conduisent à l’émergence des maladies héréditaires.

La vérification de parenté permet à l’éleveur de certifier le pedigree d’un chiot, c’est-à-dire de certifier que les reproducteurs déclarés sur le pedigree sont bien les géniteurs du chiot. L’éleveur prouve ainsi qu’il travaille consciencieusement ; il donne des garanties sur les qualités et l’origine des chiots vendus.

L’éleveur faisant l’acquisition d’un chiot pour la reproduction attend également des garanties sur les origines de ce chiot, sur les qualités de ses ascendants et donc sur le patrimoine génétique du chien qu’il va utiliser en reproduction.

Par ailleurs, la certification ADN des pedigrees permet à l’éleveur de communiquer sur cette démarche qualité et de valoriser ses reproducteurs et son élevage.

Suite...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vérification de parenté est-elle fiable ?

La vérification de parenté consiste à vérifier la compatibilité des marqueurs génétiques entre les reproducteurs déclarés et un chiot. Si tous les marqueurs sont compatibles entre le chiot et les parents, alors la parenté est confirmée avec une probabilité de 99%.

Cette fiabilité de 99% dépend du pouvoir de résolution des marqueurs génétiques utilisés. Les marqueurs génétiques, actuellement utilisés en France, en cours de reconnaissance à l’échelle européenne, ont été validés au niveau international en 2006 par la Société Internationale pour la Génétique Animale (ISAG, International Society for Animal Genetics). La norme actuellement reconnue en France est dénommée ISAG 2006 et correspond à un panel de 22 marqueurs validés au niveau international.
Si un ou deux marqueurs génétiques sont incompatibles entre le chiot et ses parents, la parenté est également confirmée avec une probabilité moins forte. En effet, une incompatibilité au niveau d’un marqueur génétique peut être due à une mutation ou à une erreur de génotypage. Un tel événement est rare (fréquence inférieure à 1%) et ne peut pas conduire à une exclusion de parenté. Pour éviter toute exclusion de parenté erronée (faux négatif), la plupart des laboratoires au niveau international considère désormais qu’une vérification de parentés avec un ou deux marqueurs incompatibles ne suffisent à pas à réfuter une parenté.


Il faut donc disposer au moins de 3 marqueurs génétiques incompatibles pour pouvoir exclure une parenté avec une probabilité de 100%.

Suite...

 

 

L’identification génétique va-t-elle devenir obligatoire ?


La Belgique a rendu cette identification obligatoire depuis le 1 Janvier 2009. Certains clubs de race, étrangers l’ont rendu aussi obligatoire.

En France, c’est en cours, la Société Centrale Canine (S.C.C.) a élaboré en 2007 un cahier des charges qui fixent les règles pour reconnaître une empreinte génétique et pour l’intégrer au pedigree. Par exemple, le prélèvement doit être authentifié par un vétérinaire et l’empreinte génétique doit être compatible avec la norme « ISAG 2006» pour que l’identification génétique d’un chien soit officiellement reconnue par la S.C.C. L’acceptation de ce cahier des charges permet d’agréer le laboratoire.

L’éleveur doit autoriser le laboratoire à rendre publique l’empreinte génétique de son chien et les résultats de vérification de parenté. Cette autorisation se fait sur le certificat de prélèvement ou à travers un formulaire spécifique à télécharger sur le site web du laboratoire.

L’éleveur choisit d’agir en totale transparence vis-à-vis des différents acteurs de la filière (éleveurs, clubs, SCC). L’empreinte génétique et les résultats de vérification de parenté pourront alors être transmis à la SCC et au club de race officiel. L’empreinte génétique pourra être utilisée pour toute vérification de parenté impliquant le chien et n’importe lequel de ses descendants ou de ses ascendants.

Si un chien est identifié génétiquement et si l’éleveur a rendu publique l’empreinte génétique, un sigle « A.D.N » sera indiqué sur tous les pedigrees nouvellement édités avec ce chien. Si un chien et ses géniteurs sont identifiés génétiquement et que la parenté est vérifiée génétiquement, alors un sigle « D.N.A. » indiquant que la parenté est certifiée sera mentionnée pour ce chien sur tous les pedigrees nouvellement édités.

Anticiper ces mesures, c’est lutter contre le métissage donc contre les fraudeurs !

Suite...

 

 

 

En pratique, comment réaliser une vérification de parenté ?

Un prélèvement est effectué sur le chiot. Le vétérinaire réalise un prélèvement par frottis buccal. L’authentification du prélèvement par un vétérinaire est impérative pour garantir la correspondance entre le numéro d’identification du chien (puce, tatouage) et le numéro de prélèvement, et pour garantir ensuite la correspondance entre ce chien et son empreinte génétique. Le prélèvement par frottis buccal est facile à faire, rapide, indolore, aussi fiable qu’une prise de sang et se conserve à température ambiante.
Le prélèvement est envoyé au laboratoire avec le certificat de prélèvement rempli et signé par le vétérinaire.

À partir de chaque prélèvement qui contient des cellules buccales vivantes, le
laboratoire extrait l’ADN, analyse les marqueurs génétiques et les codes sous forme de lettres.

L’empreinte génétique est alors délivrée au propriétaire du chien sous la forme d’un certificat d’identité génétique.

Si une demande explicite de vérification de parenté est formulée, le laboratoire délivre un certificat de parenté qui confirme la parenté ou éventuellement qui exclut la maternité et/ou la paternité des reproducteurs déclarés.

Les laboratoires ont créé une base d’échanges d’informations à la norme ISAG qui permet au laboratoire ayant effectué l’identification du chiot, de retrouver dans cette base, les informations nécessaires pour délivrer le certificat de parenté dans le cas où l’identification du père et de la mère a été faite par d’autres laboratoires.

L’évolution à la norme est garantie c’est-à-dire si le père a été identifié avec 16 marqueurs par exemple en 2007, ses produits testés en 2008 le seront sur la base de 22 marqueurs, le laboratoire ayant effectué l’empreinte génétique du père entrera dans la base les éléments des 6 marqueurs pour permettre la comparaison sur 22 marqueurs entre le père et ses produits. Ces six marqueurs complémentaires ne sont pas accessibles au propriétaire du père.