Toutes les images et textes de ce site sont protégés par les lois internationales sur le copyright et ne peuvent être reproduits ou utilisés sans une autorisation écrite de son auteur.

 

 

INITIATION AUX FIELD TRIALS.

 

 

Cette rubrique concerne les amateurs qui ne connaissent pas bien les règles et les subtilités des règlements de Field-trials et des standards de travail dans les différentes races de chiens d'arrêt.
Il s'agit en effet d'une série d'explications, suite à la relation de situations relevées au cours d'épreuves de Field-trials de printemps et qui ont mis les concurrents en difficulté ou qui les ont laissés parfois perplexes... suites aux sanctions prises par les juges..

EN CE QUI CONCERNE L'ARRÊT ET LE POINT..

Lors de la prise de point pour que celui ci soit valable, il est indispensable que l'arrêt du chien reste tendu jusqu'à l'envol du gibier.
Si l'oiseau s'envole avant l'arrivée du conducteur, le chien peut se débander, bien évidemment sans avancer, mais la qualité du point perd toute-fois une partie de sa valeur, la perfection voulant que le chien reste figé jusqu'à la reprise en laisse.
Le point se termine après le coup de feu, lorsque le chien est rattaché, le conducteur devant alors revenir jusqu'au juge.
Le coup de feu peut être tiré à distance de l'arrêt si le conducteur est encore un peu éloigné et que le gibier s'envole ou sur le point d'arrêt alors que le gibier est déjà parti, à condition que le chien soit toujours immobilisé.
Dans tous les cas, si le chien est resté bandé dans son arrêt, sage à l'envol et au feu, et si la prise d'arrêt a été travaillée, la qualité du point se situe au niveau de l'excellent.
Dans les autres cas, cela peut ramener au Très Bon ou carrément entraîner l'élimination..... chien remontant l'émanation, coulant seul, puis faisant voler. Normalement le chien doit couler à l'ordre. L'arrêt n'est valable que si le chien a le nez dans l'axe du gibier.
Si les oiseaux s'envolent décalés sur les côtés par rapport à la direction du nez du chien, l'arrêt ne peut être validé.
Pour être plus précis, l'arrêt doit être maintenu dans le cône d'émanation du gibier, cela correspond environ à une ouverture d'angle de 40°..
On assiste souvent à des éliminations ou à des rétrogradations de qualificatifs, parce qu'à l'arrivée de son conducteur le chien lâche son arrêt, faisant un demi-tour en arrière ou bien s'asseyant sagement en regardant son maître ou carrément se mettant au down...
Ce sont bien sûr les conséquences de la phase de dressage qui a servi à mettre le chien sage à l'envol et au feu...
... ce qui doit rendre très circonspect sur la méthode à utiliser dans le travail de cette phase..

Chez les Korthals, l'arrêt en style est un arrêt semi-couché, les membres fléchis, la tête relevée dans le prolongement de la ligne de dos.
Si l'arrêt est précédé d'un coulé à l'ordre " félin" (rasant, on atteint la perfection dans les attitudes...
L'arrêt planté ou debout est tout à fait admis, par contre l'arrêt couché est pénalisant.

De même que le fouaillement de la queue au moment de l'arrêt.
Sur l'arrêt, l'oiseau peut être bloqué devant le chien et en principe il va s'envoler au moment où l'on va servir le chien
ou bien il se défile et on fait couler le chien à l'ordre.
Le fait de couler seul après un arrêt, avant l'arrivée du conducteur est pénalisant..
Par contre le refus de couler est éliminatoire.
Si le chien refuse de couler, le conducteur ne doit pas passer devant le chien pour mettre l'oiseau à l'essor.
Il faut alors raccrocher, reculer suffisamment en arrière pour relancer.
Si pendant ce temps l'oiseau décolle dans la limite d'une portée de fusil du point d'arrêt, le chien est éliminé : il n'a pas eu assez de décision pour aller bloquer l'oiseau.
S'ils partent loin devant, il n'y a pas élimination, mais l'action pourra tout de même être dévalorisante selon les circonstances.
Si lors du relancé le chien remonte directement l'émanation signalée et met l'oiseau à l'essor, il est évidemment éliminé.

LE PARCOURS.

Une présentation en concours exige évidemment une préparation minimum.
On voit parfois des concurrents découpler des chiens qui n'ont subi aucun entraînement préalable et de surcroît, sans aucune connaissance des règlements.
Iriez vous passer votre permis de conduire sans vous être exercé et sans avoir appris le code de la route ??
Lorsque le juge fait lâcher le chien, en générale face au vent, ce dernier doit battre régulièrement le terrain en avant avec une ouverture correspondante à une portée de fusil: trente à quarante mètres, en s'étendant latéralement sur chaque côté sur environ 80 mètres.
Il doit travailler nez au vent, et ne pas pister.
Un chien qui se livre mal, travaille son terrain en pointe sans aucune méthode doit être éliminé.
Toutefois il doit être tenu par le juge un minimum de cinq minutes avant d'être mis à la porte.
Dans ces cas là il est conseillé de se retirer, plutôt que de repartir avec un insuffisant.


DANS LES CONCOURS EN COUPLES.

Dans ces types de concours lorsqu'un des deux concurrents est éliminé, on en appelle en général un nouveau pour reformer le couple.
Le nouvel arrivant a droit a la minute de détente, alors que l'ancien n'a droit sur la relance qu'à un passage sous le vent de chaque côté pour se faire pardonner une faute.
En couple lorsqu'un chien arrête, son conducteur doit attendre l'arrivée du second chien pour servir, cela permet de vérifier si ce dernier patronne.
Toutefois si le concurrent est éloigné et tarde à revenir, l'arrêt peut être servi avec l'accord du juge.
S'il s'agit d'un arrêt à vide le conducteur doit raccrocher et revenir au juge pour que la relance se fasse avec l'autre chien.
S'il relance tout seul, il mérite d'être pénalisé et de toutes façons c'est tout à fait incorrecte vis à vis de son concurrent.

Lors de l'arrêt d'un des deux chiens, si l'autre en revenant vers son concurrent refuse le patron et passe carrément
devant, s'appropriant ainsi de l'action : l'ordre de servir sera donné au conducteur du chien le plus près en l'occurrence " le voleur", qui sera ensuite immédiatement éliminé, le bénéfice du point étant accordé au premier...

Il n'est pas toléré qu'un conducteur gêne son concurrent d'une manière abusive de la voix ou du sifflet....
Il ne doit pas non plus continuer à courir pour servir son chien à l'arrêt, tandis que le second remonte vers celui-ci afin de ne pas le gêner pour sa prise de patron.
S'il s'agit de manoeuvres intentionnelles, cela entraîne l'exclusion et une pénalisation sévère du fautif.

Lors de l'arrêt d'un chien, le chien concurrent qui sera arrêté par son présentateur étant ainsi empêché de monter au patron, sera éliminé.
On considère en effet qu'il a été retenu parce que ne patronnant pas.

J.RUIS du Mas 1990